Othon Friesz

Maler, 1879-1949

Friesz gehört zu den bedeutenden Vertretern der Modernen Malerei und des Fauvismus in der ersten Hälfte des 20. Jahrhunderts. Befreundet mit und beeinflusst von Künstlern wie Henri Charles Manguin, Albert Marquet, Henri Matisse, Charles Camoin und Camille Pissarro, fand seine erste Ausstellung im Jahr 1900 im Salon der Société des Artistes français in Paris statt; 1904 folgt die Teilnahme am Salon d’Automne und 1906 am Salon des Indépendants. 1937 gestaltete er, zusammen mit Raoul Dufy, den Palais de Chaillot auf der Weltausstellung in Paris.

Quelle: Wikipedia

Friesz, Othon

French artist (1879–1949). Original ink sketch of his father on his deathbed on an off-white 8.25 x 8.25 sheet. N. p. 4to. 1 p.
4.500 € (25667)

Touching portrait of his father on his deathbed. Inscribed by Friesz below: „Ne t’émotienne pas de ce rapide croquis – dans mon sentiment d’artiste j’ai voulu que vous sachiez comment le père dort sereinement son dernier sommeil“. in part (translated): “I wanted to let you know how the father sleeps his last sleep peacefully.”

jetzt kaufen

Friesz, Othon

peintre français (1879-1949). Lettre autographe signée au critique Louis Vauxcelles. [Paris]. Une page in-4° oblongue.
1.500 € (49689/BN34159)

Friesz aimerait se voir décoré par le ministère. "Mon cher Vauxcelles, êtes-vous toujours bien avec monsieur Léon Bérard? Une demande de croix a été faite pour moi émanant de la direction de l’aéronautique pour récompenser mes services et particulièrement de la création du musée de l’armée au Trocadéro. Et déposée directement au cabinet du ministre de la guerre. Quant à moi je pense que c’est surtout mon passé d’art que vous connaissez mieux que moi-même qui m’autorise l’audace d’accepter cette distinction, si on veut bien m’en honorer.

Je vous chargerai donc d’en toucher un mot à monsieur Léon Bérard que j’avais je crois autrefois réussi à intéresser au Salon d’automne pour que de sa haute influence il veuille bien me patronner auprès du général Mordac au cabinet du ministre. Je m’excuse de ce service, mais sachant que j’aurai l’occasion de vous prouver ma gratitude. Meilleurs sentiments de votre tout dévoué. | E. Othon Friesz. Je suis convaincu qu’un mot de monsieur Léon Bérard déciderait de toute hésitation"..

jetzt kaufen