Juliette Drouet

Schauspielerin und die Muse von Victor Hugo, 1806-1883

Die gefeierte Pariser Schauspielerin beendete Victor Hugo zuliebe 1833 ihre Bühnenkarriere, um sich ausschließlich Victor Hugo zu widmen, als Muse, Geliebte und Lektorin. In den folgenden Jahren verließ sie das Haus kaum noch und wenn, dann nur in seiner Begleitung. 1852 begleitete sie ihn in sein Exil nach Jersey und dann nochmal 1855 nach Guernsey. Juliette Drouet wurde auf dem kleinen Cimetière Nord in Saint-Mandé beigesetzt. Über die Jahrzehnte hinweg schrieb sie Hugo tausende von Briefen.

Quelle: Wikipedia

Drouet, Juliette

French actress and mistress of Victor Hugo (1806–1883). Autograph note. no place, no date. 8vo. 1 page. Blue paper.
1.500 € (44309)

Receipt of the expenses of the mistress of Victor Hugo, including 24f for the cemetery, likely St Mandé, where her 20-year-old daughter, Claire Pradier, was buried in 1846. Victor Hugo, who was shattered by his own daughter’s death in 1843, engraved the tombstone for Claire. Juliette Drouet, who survived this tragedy by almost 40 years, is buried next to her. Other expenses mentioned on this brief note include rent (300f), as well as payments at a pawn shop (40f).

jetzt kaufen

Drouet, Juliette

French actress and mistress of Victor Hugo (1806–1883). Autograph letter signed, to Victor Hugo. no place. 8vo. 4 pages.
4.500 € (44356)

To Victor Hugo on the sculptor Victor Vilain, the lover of her cousin Eugénie, complaining about his heavy workload preventing him from attending church, as well as his visit to Paris having the sole purpose of organizing his move. She brings up Vilain’s promise that he will have Julie visit him in a month’s time, hoping he will keep his word, and lets him know that Vilain enquired about his and his family’s health. She concludes with her being available until the end of the month, mentioning a social event at Madame de Montferrier’s on Good Friday, where she hopes to meet him too.

jetzt kaufen

Drouet, Juliette

Actrice française, maitresse de Vi^ctor Hugo (1806-1883). Autograph letter to Victor Hugo. Paris. 27.1.1881. 8vo. 3 pages.
8.500 € (44550)

Emotional letter to Victor Hugo about her wish that they should live the exact same number of days, bringing up a miserable night where he was suffering from insomnia and she was blaming herself. About a letter of Lerry cancelling his visit as he has to preside a banquet, and urging him to hurry if he wants to have lunch with Jeanne and still be at the Academy and the Senate on time. She concludes with a complaint about the weather, which however matches her own darkness, mentions not to reread her letter for fear she might burn it right away, and announces a billet by Angèle Magnin, which she will bring by his house to make up for what her own letter lacks in style.

– In 1881 Drouet’s life had taken a turn for the worse. She was terribly worried by Victor Hugo’s health, and was suffering from stomach cancer herself, knowing that she was to die of starvation. On 11 May 1883 she died in her Paris apartment. She was buried at Saint Mandé cemetery next to her daughter Claire Pradier. In 1883 Victor Hugo only entered a single phrase in his diary: “I’ll rejoin you soon, my dearly beloved”..

jetzt kaufen

Drouet, Juliette

actrice française et la maîtresse de Victor Hugo (1806-1883). Lettre autographe signée ("Juliette"). S. l. 4 pages in-8.
9.500 € (45290/BN31623)

À Victor Hugo. Belle lettre d'une amoureuse délaissée. Elle est "confuse, triste, vexée, enragée", et elle se donne des coups de poings "à indiscrétion": "Je ne te vois plus, mon Toto, je ne t'occupe pas mais je ne te vois plus. Il est clair, cependant, que ce ne peut pas toujours être ton travail qui te retienne avec cette régularité ce sont bien plutôt les visites que tu fais et que tu reçois qui en sont la cause. Autrefois tu donnais moins de temps aux devoirs du monde et tu en donnais davantage à l'amour.

Tu travaillais autant, si non plus, et j'étais plus heureuse. L'hiver je peux passer les nuits entières en veillant l'été je ne le peux pas; dès qu'arrive une heure du matin mes yeux se ferment malgré moi. Comment faire alors pour te voir puisque tu ne viens guère qu'à ce moment-là? Je ne me coucherai pas, je tiendrai mes croisées ouvertes et je prendrai du café pour m'empêcher de dormir. De cette façon, je pourrai au moins profiter des quelques minutes que tu peux me donner. Je commencerai ce régime ce soir [...]"..

jetzt kaufen

Drouet, Juliette

actrice française et la maîtresse de Victor Hugo (1806-1883). Lettre autographe signée ("Juliette"). [Paris]. 4 pages in-8.
9.500 € (45291/BN31624)

À Victor Hugo. Charmante lettre où elle se plaint avec humour d'embarras gastriques. Elle supporterait son petit malaise avec plus de courage s'il était là pour la dorloter. "[...] Je m'en veux presque maintenant d'avoir sacrifié mon coeur à mon ventre une autre fois je ne ferai pas de ces stupides concessions-là et il s'en tirera comme il pourra et ces borborigmes aussi. Tiens qu'est-ce qu'ils me veulent donc ceux-là? Quand je vous dis qu'il n'y a plus de petits boyaux voici les miens qui veulent faire autant de bruit que les vôtres, les ambitieux.

Voulez-vous bien vous taire tout de suite je n'aime pas les maux si tapageurs que ça [...]". Elle n'est cependant pas malade: "je t'aime trop voilà tout. Le reste c'est pure imitation et pour faire comme les grands boyaux. Je t'adore envers et contre tout [...]"..

jetzt kaufen

Drouet, Juliette

actrice française et la maîtresse de Victor Hugo (1806-1883). Lettre autographe signée ("Juliette"). S. l. 4 pp. in-8.
9.500 € (45292/BN31625)

À Victor Hugo. Belle lettre d'amour à son "cher Toto" dans laquelle elle évoque l'appel à la conscription du cadet de Victor Hugo. Dans ses multiples lettres d'amour, Juliette Drouet se comportait bien autrement qu'une simple maîtresse, mais en femme attentive à tout ce qui touchait son bien-aimé, montrant ainsi sa sensibilité et son intelligence. Ici elle attend son "petit homme" et lui demande ne pas lui "faire croquer le marmot trop longtemps". Elle demande des nouvelles de Madame de Montferrier, une amie de Victor Hugo qui avait été témoin du mariage de l'écrivain, et qu'elle a quittée hier.

Elle s'inquiète aussi du sort de François-Victor, le fils cadet d'Hugo qui doit, conformément à la pratique de l'époque, tirer au sort un numéro décidant de son incorporation ou non au service militaire. Elle lui demande: "N'est-ce pas aujourd'hui que ton fils tire à la conscription? Si cela était il est probable que tu resteras chez toi jusqu'au moment où il rapportera son n° de la mairie. Pourvu qu'il ait le bon esprit de tirer le n° 1 il en est fort capable et je lui en fais d'avance mon compliment. Voime, voime, mais je suis sûre que tu aimerais mieux les trois portières chinoises? Tu es si difficile à contenter toi. Quant à moi ce que je préfère à tout les bric-à-bracs même au n° 1 de Toto c'est votre coeur ce qui est bien autrement fantastique que toutes les chinoiseries et les bonnes chances du monde [...]". L'allusion au "n° 1" que Juliette Drouet souhaite que tire François-Victor fait référence au complexe système de tirage au sort en vigueur pour la conscription militaire au XIXe siècle. De ce tirage au sort dépendait la durée du service militaire qui variait de six mois à un an, avec des possibilités d'exemption..

jetzt kaufen

verkauft

 
Drouet, Juliette

L.A.S. « Juliette », adressée à Victor HUGO. ; 4 pages in-8.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Superbe lettre d’amour à son amant qui lui fit la surprise de venir la voir à l’improviste : «Bonjour, mon bien, mon bonheur, ma vie, mon âme, bonjour. Je t’envoie en bloc, toute la joie que tu m’as donnée hier. Je craindrais trop de la flétrir en cherchant à la trier parmi tous les sentiments d’amour, d’admiration qui fleurissent dans mon âme comme une exubérante végétation. Déjà pour te dire cela je trébuche à travers des phrases et des comparaisons ambitieuses et ridicules qui font choir mon pauvre amour tout naïf les quatre fers en l’air. Je reprends mon sentier battu par moi depuis seize ans et dans lequel mon cœur peut aller les yeux bandés. Je te dirai que rien n’est incomparable à la joie que ta présence inattendue m’a faite hier. Je me croyais revenue au beau temps de notre amour où je te voyais à tous les instants de la journée quelques fussent tes affaires et tes préoccupations mon bonheur colorait et dorait toutes les choses pendant le trajet ordinairement si insipide pour moi de la maison à la place de bourgogne. Les rues me semblaient propres, les passants moins bêtes et moins laids, le ciel plus bleu, l’air plus pur ainsi ma joie déteignait sur tout ce que tu regardais avec moi. J’étais heureuse comme une jeune fille et je t’aimais avec la passion sainte d’une mère. Juliette» - Depuis son élection à l’Académie Française en 1841, Victor Hugo entame une amitieuse carrière politique qui le voit nommé par Louis-Philippe membre de la Chambre des Pairs. La révolution de février 1848 oblige le roi à abdiquer, après une courte absence Victor Hugo est élu à la nouvelle Assemblée nationale en même temps que Louis-Napoléon Bonaparte et maire du 8eme arrondissement de Paris. Juliette Drouet est inquiète pour son amant, Victor Hugo participe lui-même au massacre en commandant des troupes face aux barricades, il fut choisi dans les 60 commissaires désignés par l’Assemblée pour se rendre auprès des insurgés. Il fonde le journal « l’Evènement » en août de la même année.


Drouet, Juliette

L.A.S. «Juliette», mercredi matin 29 mai [1844 ?], à Victor Hugo.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Elle est honteuse de si bien dormir, «surtout quand je pense que tu ne dors pas toi et que tu travailles jour et nuit comme un pauvre chéri. J?ai honte de ma paresse et de mon inutilité et je m?en veux sérieusement. Je voudrais te voir, mon cher petit bien-aimé, pour te voir, pour savoir comment tu vas et pour te caresser de toute mon âme. Tâche de venir si tu sors de bonne heure et je serai bien heureuse. Le temps continue d?être bien froid et bien humide il faut faire très attention à toi. Tu sais avec quelle facilité tu t?enrhumes et ton petit Toto aussi. Il faut vous surveiller tous les deux. À ta place, mon amour, j?aurais fait ajourner les leçons de polka pour Toto parce que c?est une danse assez violente; qu?il aura chaud et qu?en sortant il peut attrapper un refroidissement»... Elle craint une fluxion de poitrine, et elle termine: «Je vous aime mes chers petits, je vous adore mes chers enfants et en défendant votre santé c?est ma vie que je défends. Baisez-moi bien vite et aimez-moi je vous l?ordonne»