Alfred de Vigny

Vigny, Alfred de

Schriftsteller (1797–1863). Autograph letter signed. O. O. 1 S. auf Doppelblatt. Gr.-8vo.
$ 883 / 800 € (24467)

Letter to a gentleman: „Je suis attendu bien loin de chez moi vendredi 23, permettez, monsieur, que je vous prie de venir samedi à 2 hrs me rendre ce que j’ai perdu de votre aimable visite [...]“. In part (translated): “I will be far away from home on Friday, sir, I beg you to come Saturday at 2 o’clock.”

buy now

Vigny, Alfred de

Schriftsteller (1797-1863). Eigenh. Brieffragment (Schluß) mit U. ("Alfred de Vigny"). O. O. 1 S. 8vo.
$ 497 / 450 € (938352/BN938352)

An einen unbekannten Schriftsteller, der offenbar angefragt hatte, ob er dem von de Vigny geschätzten Dichter Auguste Brizeux (1803-58) seine Werke zeigen solle: "Vous le rendrez bien heureux j'en suis certain. Vous êtes un Poëte, s'il en fut jamais, je conçois votre émotion. J'[...] la partager. Briseux demeure rue St-Germain des prés - no. 8. Que je suis content de vous avoir fait passer de bonnes heures avec son livre. [...]".

buy now

sold

 
Vigny, Alfred de

E. Brief mit U.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Alfred de Vigny (1797–1863), French poet, playwright, and novelist. Autograph letter signed. N. p., November 7, 1826. 4°. 3 pp. on double leaf. With autogr. address. – To Adolphe de Saint Valry (1797–1867), telling him among others on an encounter he had with the Scottish writer Walter Scott: „Vous ne voulez donc pas revenir? Je suis las de vous attendre, je ne tiens pas au désir qui tonne en moi de vous exprimer le plaisir que m’ont fait vos deux poëmes, et puisque je ne puis vous le dire, je vous écris qu’ils sont pleins d’une grâce naïve qui n’appartient qu’à vous dans la famille des poëtes; votre abandon n’est jamais négligence et c’est de quoi je m’étonnerais si j’en avais le temps, mais en vous lisant, la poësie m’emporte et j’oublie mes projets de faire des remarques, toutes les fois que je reprends votre livre trop petit mais précurseur [...] on passerait doucement sa vie à s’entendre conter, si bien, de si jolies choses! Vous me faites rêver de Lafontaine et de Perrault, et je me mêle à vos jolis petits enfants l’un sur l’autre penchés, mais je suis fort tenté de les embrasser et point du tout de m’endormir. Il ne fallait pas moins que vous et madame Tastu pour me tirer de toutes mes tristesses. Ma femme a souffert mortellement d’une de ces inflammations d’estomac qui sont la peste de nos climats et m’ont emporté il y a huit jours un ami bien cher, M. de Fontanges; j’ai tremblé pour des jours plus précieux encore et d’où les miens [...] Je suis à l’abri de son danger aujourd’hui, puisque je puis vous écrire, puisque je puis songer librement, mais je crains qu’elle ne souffre longtemps encore. Revenez donc bientôt, voilà ce que vous pouvez faire de mieux pour nous, ensuite des vers tels que sont les derniers. Tout à vous | Alfred de Vigny [...] J’ai passé hier quelque temps avec Sir Walter Scott. L’oncle de ma femme son compatriote me l’a fait connaître. Je vous dirai tout ce que j’ai observé dans cet illustre vieillard, l’écrire serait trop long, je l’ai trouvé affectueux et modeste, presque timide; mais souffrant, mais affligé, mais trop âgé, ce que je n’attendais pas. Cela m’a fait peine“. – Somewhat spotty and browned, and with small damages to edges; small defect on f. 2 from opening the letter (slightly touching text); some small creases (partly re-backed).