Silvio Pellico

Pellico, Silvio

Dichter (1789-1854). Eigenh. Albumblatt mit U. Turin. 08.10.1838. 1 S. Kl.-4to.
$ 814 / 800 € (938060/BN938060)

"O incognito che brami queste righe da me, possiumo noi, se non in terra, conoscerci un giorno in Cielo! Frattanto avviciniamoci aspirando di tutto cuore a Dio". - Alt auf Trägerpapier montiert.

buy now

Pellico, Silvio

Italian writer and patriot (1789-1854). Autograph letter signed. No place. 8vo. 3 pp. on bifolium. With autograph address on verso.
$ 1,221 / 1.200 € (82674/BN53963)

In French, to the marquise Béatrice Trivulzio (1780-1832), complaining of her premature departure, which he regards as "the pinnacle of cruelty", about her making his friend Jules' head spin, and about their new guests in Cascina with whom they discuss politics, and toast constitutions, romantic doctrines and civilisation: "Pourquoi nous avez-vous habitués à vivre auprès de vous pour nous délaisser en suite? C'est le comble de la cruauté [...] Vous avez rendu fou mon pauvre Jules, Madame, la tête lui tourne lorsqu'il pense à vous [...] La journée que vous nous avez accordée jeudi, a été trop courte, elle a été charmante, délicieuse, mais trop courte [...] Si vous êtes curieuse de savoir ce qui se passe à la Cascina, depuis que vous avez disparu, je vous dirai qu'une autre colonie s'est succedé à la nôtre; mais il n'y a rien de féminin.

Monsieur Porro en revenant de vous accompagner a rencontré une voiture de libéraux, arrivant de Suisse. Le marquis Arrivabene de Mantoue, et les deux frères Ugoni de Brescia. Ils ont accepté l'hospitalité et nous ont fait beaucoup de plaisir [...] Nous nos somme enfoncés dans la politique [...] nous avons fait des toasts aux constitutions, aux doctrines romantiques, à la civilisation des peuples [...]". - Planning not to stay much longer, hoping she might treat them with another surprise visit, and asking about her friend Christina, who suffers from headaches, suggesting she moisten her forehead with "eau de Portugal": "Je crois que nous ne nous arrêterons plus long-temps ici [...] et si vous avez encore une journée à nous donner, ne nous en privez point: venez nous refaire une surprise [...] Mademoiselle Christina n'a-t-elle plus des maux de tête? Mouillez son front d'eau de Portugal de ma part, et soufflez-y dessus [...]". - Two small holes from breaking the seal; no loss to text..

buy now