Georges Ohnet

Ohnet, Georges

Schriftsteller (1848–1918). Eigenh. Brief mit U. O. O. 1¼ SS. auf Doppelblatt. 8vo.
$ 158 / 150 € (24018)

Georges Ohnet (1848–1918), Schriftsteller. E. Brief mit U. O. O. u. D. [1888]. 1¼ SS. auf Doppelblatt. 8°. – In französischer Sprache an einen namentlich nicht genannten Adressaten. – Auf Briefpapier mit lithogr. Briefkopf; mit zwei kleinen Stecknadeldurchstichen am oberen Rand.

buy now

Ohnet, Georges

French novelist (1848-1918). 26 autograph letters signed and one autograph note signed. La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne), Le Plessis-Trévise (Val-de-Marne) and n. p. 8vo and 12mo. Altogether 30 ¾ pp. and 6 lines on 82 ff. Together with a drypoint portrait by Evert van Muyden (100 x 142 mm, plate), two prints of a contemporary photograph (40 x 73 mm), and a copy of the "Album Mariani" about Georges Ohnet.
$ 2,632 / 2.500 € (82868/BN54238)

Extensive correspondence spanning almost four decades from the onset of Ohnet's steep literary career to his final years. The earliest dated letter, from 13 August 1877, is written to a journalist who had apparently criticized Ohnet's play "Marthe". Rather submissively, Ohnet announces that he will go back to work and try to satisfy his critic in the future: "Je vois que vous me faites de sérieux reproches et je sens qu'ils sont merités. Je vous suis, croyez le bien, très reconnaissant de m'avoir dit votre manière de voir avec tant de modération.

Je sais qu'il n'y a pas d'homme plus impartial et plus juste que vous. Je vais donc me remettre au travail et faire tous mes efforts pour tâcher de vous satisfaire [...]". - Two letters dated 1892 concern the actor Léon Noël. After a spell at the Théâtre du Gymnase under Victor Koning, Noël was hoping for an engagement at the Comédie Française. In these two letters, probably to Jules Claretie, the long-term director of the Comédie, Ohnet unsuccessfully recommends Noël and criticizes Koning's decision not to engage him: "Non, Koning ne garde pas Noël. Et il a bien tort. Mais il a tant d'autres torts! C'est une désolation pour ses amis véritables, dont vous étes, et c'est pourquoi je vous dis cela. Partant un véritable intéret à Noël, j'aurais été heureux de contribuer à le placer à la Comédie. Mais aux raisons que vous me donnez, je n'ai rien à répondre [...]". - In 1902 Pierre Valdagne's "La Confession de Nicaise" was published by Ohnet's publisher Jean Ollendorff. In an undated letter to the author, Ohnet praises the book, associating it with the philosophy of Fichte, and jokingly encourages Valdagne to write "les aventures de Nicaise" as a sequel: "Je viens de finir la confession de Nicaise. Fichte! Je disais à Mendel [Isidore Mendel, director at Ollendorff], Jeudi, que vous n'avez rien fait de cette face là, et que le livre était d'une excellente tenue. Vous me faites l'effet d'un chat qui jusqu'à présent a fait patte de velours, et qui brusquement sort les griffes. Je répète que vous vous soyez arrêté au moment précis où la vie commençait pour Nicaise et pour Réno. Les doux fêtes de joie lachées dans le monde, en possession complète de leur face et avec la conscience très claire de leur infamie, auraient donné un beau spectacle. Mais rien n'est perdu et vous pouvez nous faire les aventures de Nicaise [...]". - From 1914 to 1917 Ohnet published a literary journal about his life in Paris during the war. One letter can be dated to the time of the First Battle of the Marne in 1914, when the front closed up to Paris and the city took in wounded soldiers. Ohnet thanks the recipient, a M. Beaunier, for a letter to his wife in connection with his sister Juliette, an Ursuline in Brive who had allegedly been healed from a severe disease in Lourdes in 1889. He announces that she will write to sister Juliette despite her demanding work as a nurse behind the front. Ohnet complains about the poor preparation of the defense and medical care and reports that "Parisians put beds everywhere" to care for the wounded: "La défense des Blessés n'avait pas été préparée plus que la défense de Paris. Et pendant que les nouveaux chefs mettaient des canons dans les forts, les parisiens plaçaient des lits, partout, pour recevoir les pauvres petits soldats qu'on rapportait des champs de bataille. Ceux à qui votre admirable femme montrera son beau visage penché sur leur souffrance, seront déjà réconfortés". - The last dated letter is to Alfred Humblot, a manager at his publishing house, concerning proofs. Ohnet also asks Humblot to obtain a book on cartomancy for him. The book should be "well done and serious", comparable to Adolphe Desbarrolles' "Les Mystères de la main", a popular work on chiromancy: "Vous seriez bien aimable de faire chercher s'il existe en librairie un livre sur l'art de tirer les cartes - ou sur la cartomancie, qui soit un livre bien fait et sérieux, dans le genre des mystères de la main de Desbarrolles et non un bouquin à l'usage des concierges. Cela doit exciter [...]". - 8 letters on stationery with lithographed letterhead of Ohnet's house "Les abymes" in La Ferté-sous-Jouarre and one letter with printed letterhead of "Bois-la-Croix" in Le Plessis-Trévise. Generally well preserved. Occasional stains and smudging; one letter formerly torn apart but restored. All with traces of folds..

buy now

Ohnet, Georges

novelist and editor (1848-1918). Autograph letter signed. No place or date. 8vo. 1 page on bifolium.
$ 190 / 180 € (87265/BN57716)

Expressing his regrets over being too late to assist the addressee, as Ohnet has just returned to Paris, but predicting a great success of the recipient's work that would not have needed his involvement in any case: "Je suis en retard pour vous rejoindre. Mais j'ai été absent de Paris et je n'ai trouvé votre lettre qu'à mon retour. Rien ne peut m'être plus sympathique [...]". - With slight ink offsetting and small stain.

buy now