Claude Monet

French painter, 1840-1926

"Claude Monet was a founder of French Impressionist painting, and the most consistent and prolific practitioner of the movement's philosophy of expressing one's perceptions before nature, especially as applied to plein-air landscape painting. The term ""Impressionism"" is derived from the title of his painting Impression, soleil levant (Impression, Sunrise), which was exhibited in 1874 in the first of the independent exhibitions mounted by Monet and his associates as an alternative to the Salon de Paris. Nowadays, Monet’s paintings rank among the top 20 for highest prices paid."

Source: Wikipedia

Monet, Claude

French painter (1840-1926). Autograph letter signed. Giverny. 8vo. 2 pp. Trauerrand.
$ 12,854 / 12.000 € (62572)

To an unnamed addressee: „Recevez mes excuses de ne vous avoir pas envoyé plus tôt un mot de remerciement. Je reste anéanti, sans courage, parcequ’à grande peine tracer ces lignes. Ma seule consolation est qu’elle ne souffre plus, la chère adorée. Mais pourrai-je supporter cette séparation, malgré les tendresses de tous les enfants. Croyez je vous en prie à ma sincère amitié, Claude Monet“. - Monet’s second wife Alice has died on May 19.

buy now

Monet, Claude

French artist (1840-1926). Autograph letter signed. Giverny. 8vo. 1 1/2 pp. Printed letterhead „Giverny Par Vernon“.
$ 10,712 / 10.000 € (63198)

Monet tries to help victims of a disaster: „En réponse à votre lettre du 15 Ot (octobre) j’ai l’honneur de vous répondre qu’il ne m’est pas possible de participer à la tombola que vous organisez en faveur des sinistrés du Courrier et n’ayant rien de possible à donner je vous ferai donc de recevoir ce modeste billet de cent frs qui vous prouvera mon bon vouloir et la part que je prends à cette terrible catastrophe“.

buy now

Monet, Claude

French painter (1840-1926). Autograph letter signed. Giverny par Vernon, Eure. 8vo. 2 pp. With autograph envelope.
$ 6,963 / 6.500 € (74686)

To the French politician Georges Clemenceau (1841-1929) about a travel with Clemenceau to see the Reims cathedral bombed. He could not answer him sooner „les distributions postales, ici, n’étant pas très régulières. Ai bien reçu ce matin votre 2me dépêche, c’est entendu pour 7 h dimanche rue Franklin. […] Je serai bien aise de savoir vers quelle heure vous pensez que nous [serons] de retour à Paris ne tenant pas à passer deux nuits à Paris, et voulant me mettre au travail dès lundi matin.

Serait-il possible que je puisse embrasser mon fils qui se trouve à peu de distance de Reims entre Fismes et Craonne, exactement à Ventelay, convoi automobile, section sanitaire 46. […] Quelle joie ce serait et pour lui et pour moi“.

buy now

Monet, Claude

franz. Maler (1840-1926). Eigenh. Brief mit Unterschrift. Giverny. 2 ½ pp. 8vo. Doppelblatt. Gedr. Briefkopf. Violette Tinte. Kuvert.
$ 4,820 / 4.500 € (80789)

Pessimistischer Brief an Gustave Geffroy mit der Bitte um Neuigkeiten. Monet bedankt sich für den schönen Band über das Louvre und berichtet von anhaltenden Sorgen über die Gesundheit seiner Frau bzw. deren Schwester. Er könne überhaupt nicht an die Arbeit denken und sehe alles Schwarz. „[…] Vous êtes bien à Paris et devez avoir reçu ma lettre (adressée il y a plusieurs semaines déjà) puisque vous m'avez adressé votre beau volume du Louvre, ce dont je vous remercie bien. Mais cela ne me suffit pas et serai bien aise de recevoir un mot me donnant de vos nouvelles […].

Ici l'année ne commence guère bien, ma femme assez souffrante vient d'être appelée au che­vet d'une de ses soeurs (...) bref, des soucis, des inquiétudes;c'est le lot de tous ceux qui avancent en âge. Je ne pense plus du tout au travail et vois tout en noir. Comme je serai content de savoir qu'il n'en est pas de même pour vous. C'est ce que je vous souhaite de tout coeur […]“..

buy now

Monet, Claude

franz. Maler (1840-1926). Eigenh. Brief mit Unterschrift. Giverny. 8vo. 1 p. Gedr. Briefkopf. Doppelblatt. Mit Kuvert (Briefmarke ausgerissen), rücks. gesiegelt.
$ 4,071 / 3.800 € (81658)

An den französischer Arzt, Kunsthistoriker und Essayist Élie Faure (1873-1937): „Monsieur, j'ai beaucoup donné pendant les guerres et suis à présent assez dépourvu de toiles à pouvoir donner. Je ne veux cependant pas rester sourd à votre appel, en faveur d'un confrère si cruellement touché. Je vous envoie donc ci-joint un billet de mille francs, qui lui sera utile de suite. Croyez, Monsieur, à mes meilleurs sentiments […]“ Faure setzt sich für Hilfe für den Maler Francisco Iturrino ein.

Der spanische Künstler, der eine Zeit lang vom Fauvismus beeinflusst war (wie Raoul Dufy) und diese Ästhetik in Spanien einführte, hatte vor dem Krieg lange Aufenthalte in Paris verbracht und dort verschiedene Freundschaften in der Kunstwelt geschlossen. 1921 wurde ihm ein Bein amputiert, und er hatte ernsthafte finanzielle Schwierigkeiten. Dann organisierte Élie Faure eine Verlosung zu seinen Gunsten mit Gemälden, die von ihren Malerfreunden gestiftet wurden. Faure ist Autor des monumentalen Werks Histoire de l’art (zu Deutsch: Geschichte der Kunst), das unter Kunsthistorikern immer noch ein beliebtes Nachschlagewerk ist. Er schrieb ebenfalls eine Vielzahl von philosophisch-historischen Werken, darunter ein 1921 veröffentlichtes Buch über Napoléon Bonaparte..

buy now

Monet, Claude

franz. Maler (1840-1926). Eigenh. Brief mit Unterschrift. Giverny par Vernon (Eure). 8vo. 2 pp. Trauerrand. In der Falte alt ausgebessert. Trauerrand.
$ 2,999 / 2.800 € (81785)

Der eigenhändige Brief mit Unterschrift („Claude Monet“) ist an einen nicht näher genannten Monsieur gerichtet. Monet bedauert darin, dass ihn der Adressat nicht zuhause angetroffen hat, obwohl er wegen des schlechten Wetters nicht unterwegs war. Monet bietet ihm an, in der darauf folgenden Woche „außer am nächsten Samstag“ zu kommen. „Je suis très fâché de savoir que vous étiez dimanche à Giverny et que vous ne vous soyez pas informé si j’étais chez moi. Le mauvais temps m’ayant empêché de m’absenter comme je le pensais.

Mais comme il faut en terminer au mieux de chacun voulez-vous me faire savoir quand il vous sera possible de venir sauf samedi prochain […]“ Das Jahr 1914 markierte einen Wendepunkt in Monets Schaffen. 1914 starb sein Sohn Jean (1867-1814) und im selben Jahr beschloss Optik, seinen Stil zu ändern und begann damit, Seerosen zu malen. Jean Monet war der älteste Sohn von Claude Monets und Camille Doncieux Monet. Jean Monet wurde des öfteren von seinem Vater gemalt. Berühmt ist die Darstellung von dem Baby Jean in der Wiege. Nach dem Tod seines Sohnes übernahm dessen Witwe die Führung des Haushaltes in Giverny. Dort ließ Monet 1915 ein drittes, größeres Atelier errichten, in dem er die Seerosendekorationen malte. Wie kaum ein anderer prägte Claude Monet die Kunst seiner Zeit. Ab den frühen 1880er lebte Monet in Giverny. Seine letzten dreißig Lebens- und Schaffensjahre beschäftigte sich Monet hauptsächlich mit der Anlage und Gestaltung seines Gartens in Giverny, der sich in den clos normand genannten Ziergarten und den sogenannten jardin d’eau oder Wassergarten mit seinem Seerosenteich untergliedert. Beide dienten ihm häufig als Motiv für seine Gemälde..

buy now

Monet, Claude

franz. Maler (1840-1926). Eigenhändiger Brief mit Unterschrift. Giverny. 8vo. 3 pp. Doppelblatt. Gedr. Briefkopf „Giverny par Vernon Eure“. Mit eigenh. beschrifteten Kuvert. Lila Tinte.
$ 8,034 / 7.500 € (83453)

An den befreundeten Journalisten, Kunstkritiker, Historiker und Schriftsteller Gustave Geffroy (1855-1926), dem er von seiner bevorstehenden Hochzeit mit Alice Hoschedé berichtet und bedauert, ihn nicht gesehen zu haben. „Mais qu'est-ce qui se passe avec vous? Et où ces lignes vous trouveront-elles, sans doute dans une superbe oasis en Bretagne; en tout cas, où que vous soyez, pensez à votre ami et donnez-lui vos nouvelles. Je sais très bien combien les événements et les difficultés de la vie peuvent être gênants, mais il ne faut pas oublier les amis qui vous aiment, et vous savez que j'en suis un […]“.

buy now

Monet, Claude

franz. Maler (1840-1926). Eigenhändiger Brief mit Unterschrift. Fresselines. 8vo. 4 pp. Mit eigenhändig adressiertem Kuvert.
$ 5,892 / 5.500 € (83468)

An den befreundeten Journalisten, Kunstkritiker, Historiker und Schriftsteller Gustave Geffroy (1855-1926), dem er von den schwierigen Arbeitsbedingungen bei Crozant aufgrund des schlechten Wetters „temps de chien“ berichtet.

buy now

Monet, Claude

French painter (1840-1926). Autograph Letter Signed. Giverny par Vernon-Eure. 21.10.1920. 8vo. 2 pp. With autograph envelope. In pencil.
$ 14,997 / 14.000 € (45219/BN31493)

Monet writes a short note to French novelist and critic Georges Lecomte, thanking him for the recent article in "The Renaissance": "Mon cher ami, Excusez-moi je vous en prie, de ne vous avoir encore remercié du bel article que vous m'avez consacré dans la Renaissance, mais j'avais seulement de revenir d'un petit séjour […] et je m'empresse de vous adresser avec mes remerciements mon souvenir de bonne amitié".

buy now

Monet, Claude

French painter (1840-1926). Autograph letter signed. Giverny par Vernon, Eure. 28.10.1924. 8vo. 1 page on bifolium.
$ 9,105 / 8.500 € (72877/BN46951)

Written in his usual turquoise ink to a "cher ami": "It is agreed for Sunday Lunch. I think I need to change my lenses. This said if you could bring some strawberries, this would make me happy. Regarding the colours, it is going very well with the new one of Guichardin. See you Sunday [...]" (translated from the French original). - Monet was losing his sight at this time and attempting to complete his water lilies series. - On headed Giverny paper, folded across.

buy now

Monet, Claude

French painter (1840-1926). Autograph letter signed. No place. 8vo. 1 p.
$ 5,892 / 5.500 € (80861/BN52740)

To the carpenter Alexandre Adonis Flament, Monet's landlord in Argenteuil, promising the payment of overdue rent, as soon as an art deal is concluded: "I must finish this week a deal on which I am counting to pay you the overdue term, but I cannot tell you the day. If therefore you could do without me until Friday you would oblige me infinitely, and as soon as my business is concluded I will send you the money [...]". - Well preserved. With dating (recto) and a calculation (verso) in pencil, probably by the recipient.

buy now

Monet, Claude

French painter (1840-1926). Autograph letter signed. Giverny near Vernon. 21.08.1920. 8vo. 3 pages on bifolium. On stationery with printed address. With autograph envelope.
$ 6,963 / 6.500 € (80949/BN52875)

In French, to the art critic Arsène Alexandre about the difficult negotiations that led to the donation of Monet's Water Lilies to the French State: "Dear Mr. Alexandre, I answer your letter immediately and want to tell you that you misunderstood me. What I said to you during your visit is agreed. About the gift I want to make to the State, and about the work you agreed to do for Mr. Bernheim, but I was wrong to let myself go at a time of discouragement and misunderstood in the nervous state I was in.

Believe me, I only asked you to give me a few days of respite in order to take advantage of the few beautiful days we have. Finally to save the few paintings that I have undertaken but I see and regret infinitely that you have misunderstood my intentions. I ask you again, give me a few days and we can talk usefully again. Believe in my best feelings [...]" (transl.). - Arsène Alexandre, who was a civil servant at the Ecole des Beaux-Arts at the time, was one of the first officials to contact Monet for his donation..

buy now

Monet, Claude

French painter (1840-1926). 3 autograph letters signed. Giverny and London. 8vo. Altogether 5 ½ pp. on bifolia.
$ 15,532 / 14.500 € (82599/BN53781)

To a Mr. Durolles, probably an official at the Ministry of Defence, concerning the conscriptions of Monet's son Michel (1878-1966) and his stepson Jean-Pierre Hoschedé (1877-1961). With regard to Michel, Monet first informs his contact that he was transferred to the "Commis et ouvriers militaires" and that he can now do what is necessary to transfer Michel to Vernon, close to Giverny: "J'apprends ici que mon fils Michel a obtenu son changement de 7ptme de Ligue à la 3me section de commis et ouvriers militaires.

Je me hate de vous en informer, comme vous m'y avez autorisé afin que vous pourriez de suite faire le necessaire pour le faire placer à Vernon, ce qui sera le comble de nos vœux, aussi je en ai pas besoin de vous dire combien nous vous en serons reconnaissante [...]" (Jan. 1901, recipient's note). - In the second letter from 26 February 1901, Claude Monet explains that Michel has received information that he will be retransferred to Rouen. Monet asks the recipient to make Michel's posting in Vernon permanent before the transfer to Rouen becomes official: "Je viens encore faire appel à votre aimable obligeance. Mon fils Michel qui grâce à vous a été envoyé à Vernon, et ou il se trouve très bien, a appris officieusement par un camarade qui est employé à la direction de Rouen, qu'il était question de le faire revenir à Rouen, parce que l'on vient d'envoyer un autre soldat à Vernon et par ce fait il y a un homme de plus à l'effectif de cette ville. Cela n'est pas officiel mais pourrait le devenir, mon fils en a la crainte et me demande à vous écrire afin d'user de votre influence pour le faire classer définitivement à Vernon. Si ce n'est abuser de votre obligeance je vous serais bien vivement reconnaissant d'intervenir auprès de votre collègue de Rouen. Vous demandant de bien vouloir le faire le plustot [!] possible avant que la chose ne devienne officiel [!]. Tous mes remerciments [...]". Both letters were sent from London, where Claude Monet stayed in 1901. - Regarding his stepson Jean-Pierre Hoschedé, Monet informs Durolles that the former minister Léon Bourgeois had successfully intervened on Jean-Pierre's behalf so that he would be allowed to continue his studies in Paris before being drafted: "J'apprends à l'instant par Monsieur Léon Bourgeois l'ancien Ministre qui porte beaucoup d'intérêt à mon beaufils que sur sa demande et dans le but de lui procurer plus de temps à ses études, il vient d'obtenir qu'il soit détaché au Ministère de la guerre. Je m'empresse de vous en informer au cas ou vous ne le sauriez deja et je tiens à vous remercier encore de votre obligeante sollicitude à son egard [...]" (13 April 1899). - Michel Monet and Jean-Pierre Hoschedé grew up like siblings since the Hoschedé family had moved to live with the Monets in Vétheuil in 1878. Alice Hoschedé took care of Monet's first wife Camille, who suffered from terminal cancer, and the eight children. Camille died in 1879, and Ernest Hoschedé soon left the household, only visiting sporadically and later unsuccessfully asking his wife to return to him. In 1883 the family moved to Giverny and in 1892, one year after Ernest Hoschedé's death, Claude Monet and Alice married. - Letter from 13 April 1899 on mourning stationery with letterhead; the other two letters on stationery with embossed letterhead of the Savoy Hotel, London. Well preserved..

buy now

Monet, Claude

French painter (1840-1926). Autograph letter signed. Giverny. 09.04.1922. 8vo. 1¾ pp. on bifolium.
$ 6,963 / 6.500 € (82600/BN53782)

To an unidentified public servant, informing him of an appointment with Paul Léon, the director of the l'Ecole des Beaux-Arts, and his notary in Giverny. The meeting relates to Monet's donation of the Water Lilies series to the French state: "Je vous informe que je reçois ce matin une lettre de Mr. Paul Léon m'annonçant sa venue avec son notaire pour Mercredi prochain 12CT entre 2 et 3es à Giverny et que votre confrère doit s'entendre avec vous pour cette rencontre à Giverny laquelle rencontre je pense, sera suivie de la signature de l'acte à votre cabinet.

[...]". - As early as 1918 Monet had offered the monumental paintings he had been working on since 1914 to the state, but negotiations proved difficult. Monet's biggest supporter in the government was Georges Clemenceau, who made possible the construction of the two oval rooms designated for the paintings in the Orangerie. The exhibition finally opened to the public on 16 May 1927, a few months after Monet's death. - Some browning. On stationery with embossed letterhead "Giverny par Vernon. Eure"..

buy now

Monet, Claude

French painter (1840-1926). Autograph letter signed. Giverny. 8vo. 2 pp. Giverny letterhead.
$ 9,105 / 8.500 € (84216/BN54681)

Beautiful letter to the Impressionist Georges Henri Manzana Pissarro, the third child of Camille Pissarro, about his father's legacy: "J'ai regretté que vous ne soyez pas venu me voir avec votre mère et Lucien. Nous aurions pu même causer de vos affaires. J'ai été mis au courant des choses et de votre désir par votre mère et Lucien, et j'avoue que ce que vous me demandez n'est ni faisable ni régulier. Votre devoir à tous est de vous en tenir à la lettre, aux volontés de votre père, vous le lui devez bien du reste, et il n'y a pas à sortir de là, c'est du moins mon avis et ne puis que vous conseiller de vous y conformer.

Si par malheur vos parts étant faites, l'un ou l'autre de vous ayant besoin d'argent, voulait réaliser et vendre, ce serait une bien mauvaise chose pour l'intérêt de tous et surtout pour la mémoire de Pissarro. Voilà ce que je vous aurais dit, si vous étiez venu, réfléchissez donc bien, et surtout je vous le répète, suivez les volontés paternelles, respectez les [...]". - On headed paper..

buy now

Monet, Claude

French painter (1840-1926). 2 autograph letters signed. Giverny. 8vo. Together 4 pp. on 2 bifolia. With 2 autograph envelopes.
$ 19,282 / 18.000 € (86169/BN57121)

To the writer Stéphane Mallarmé, thanking for a copy of the "Ten o'clock" manifesto by the American poet and painter James McNeill Whistler, which had appeared in Mallarmé's translation in "La Revue indépendante" in May 1888, and well as in an offprint. On Whistler's behalf Monet requests Mallarmé to mail a copy to the sculptor Jean-Joseph Carriès, and hopes soon to welcome him in Giverny, along with the painter Berthe Morisot and her husband Eugène Manet: "Merci pour l'envoi du Ten o'clock de Whistler et de l'amicale dédicace.

Je voulais justement vous écrire Whistler m'ayant chargé de vous prier d'en adresser une épreuve au sclupteur [!] Carriès [...] Vous savez que je conserve l'espoir de vous avoir une journée ici avec Mr et Mme Manet [...]" (postmark: 5 June 1866). - To the same, glad to hear that he likes his paintings, expressing his anger at the silence and injustice with which his friend Edouard Manet is regarded, and concluding with a request for news of Whistler: "Je suis bien content que mes tableaux vous plaisent les éloges venant d'un artiste comme vous, cela fait plaisir. Oui ce pauvre Manet m'aimait bien, mais nous la lui rendons bien cette amitié et je suis exaspéré du silence et de l'injustice de tous pour sa mémoire et son grand talent [...] Avez vous des nouvelles de Whistler et revient-il bientôt?" (postmark: 19 June 1866). - A few small marginal tears along the folds..

buy now

Monet, Claude

French painter (1840-1926). 2 autograph letters signed. Giverny. 8vo. Together 3½ pp. on 2 bifolia.
$ 15,532 / 14.500 € (86170/BN57122)

To Winnaretta Singer, Princess of Scey-Montbéliard, about the purchase of Manet's "Olympia" from his widow, in order to offer it to the Louvre. - Asking her for the sum of 2,000 francs, the subscription agreed on, so that he can transfer all of the subscriptions to Manet's widow: "Devant prendre possession de l'Olympia, et remettre ces jours ci le montant des souscriptions à Madame Manet je viens vous prier de bien vouloir me faire parvenir, le plus tôt possible, le montant de votre souscription (2000 F) que vous m'avez chargé d'inscrire sous votre nom [...]" (16 Feb.

1890). - Confirming receipt of the funds and thanking her for her contribution, not yet daring to believe in the successful realisation of the project, which he expects to be met with hatred and stupidity, pointing out that in case the museum administration should "commit the foolish mistake" of refusing the painting, it would at least remain in their possession: "Chère Madame, je vous accuse reception et vous remercie de votre envoi de Deux-mille francs pour votre souscription à l'achat de l'Olympia de Manet. Je n'ose espérer encore un succès de l'entreprise (car il faut compter avec la haine et l'imbécilité courante) mais quoi qu'il arrive le tableau nous restera acquit pour être remis à l'état en temps opportun, si l'administration actuelle commet la bêtise de le refuser [...]" (20 Feb. 1890). - It was Monet who took the initiative in 1889 to launch a subscription to buy "Olympia" from Manet's widow, in order to offer it to the Louvre. In March 1890, he was able to buy the painting from Suzanne Manet for 19,415 francs, and the painting entered the Musée du Luxembourg, despite the reluctance of the administration; it is now in the Musée d'Orsay. The wealthy Winnaretta Singer, then Princess of Scey-Montbéliard, and future Princess of Polignac, was the principal donor, with 2,000 francs..

buy now

Monet, Claude

French painter (1840-1926). Autograph letter signed ("Claude Monet"). Giverny. 20.02.1890. 8vo. 1 p. on bifolium. In purple ink.
$ 6,963 / 6.500 € (86171/BN57123)

To the painter Jacques-Émile Blanche (1861-1942), concerning the collective purchase of Édouard Manets famous "Olympia". Monet confirms the receipt of 500 francs from Blanche's father, the renowned psychiatrist Anotine Émile Blanche: "Je vous accuse réception de la somme de cinq cents francs, que Monsieur votre père m'a envoyé pour votre souscription à l'achat de l'Olympia de Manet [...]". - In 1888, Monet had learned from John Singer Sargent that Manet's widow Suzanne was experiencing financial difficulties and hence was negotiating to sell the "Olympia" to an American collector.

In order to preserve the scandalous painting for the French public, he started a subscription among his friends and other benefactors, including Edgar Degas, Joris-Karl Huysmans, Stéphane Mallarmé, Pierre Puvis de Chavannes, Antonin Proust, Camille Pissarro, Auguste Renoir, and John Singer Sargent. Ultimately, Monet successfully offered 19,415 francs to Suzanne Manet in March 1890 and donated the painting to the Louvre. Today, Manet's masterpiece is on display at the Musée d'Orsay. - Ink somewhat smudged, but well preserved. With collector's mark in pencil..

buy now

Monet, Claude

Maler (1840-1926). Lithographed visiting card with autograph address. O. O. u. D. 6 x 10 cm. 1 Zeile. In Bleistift.
$ 2,678 / 2.500 € (86172/BN57124)

Indicating the address of the Restaurant Garnier opposite Gare Saint-Lazare in Paris: "111 rue St Lazarre [!]". - In 1877, Monet had painted his famous "La Gare Saint-Lazare" series. The visiting card points to after 1883, as it has Monet's address in Giverny. - Minimally duststained.

buy now

Monet, Claude

franz. Maler (1840-1926). Sammlung von 9 Autographen (davon 7 eigenh. Briefe mit Unterschrift, 1 Brief von fremder Hand und eine eigenhändige Notiz auf seiner gedr. Visitenkarte). Gr.-8vo. Eingebunden in einem mit einer Kordel verbundenen Band in grünem Leinen mit braunem Titelstück und goldener Schrift.
$ 37,492 / 35.000 € (83480)

An den Kunständler Paul Durand-Ruel. Villers-sur-Mer, 11. Juni 1882. „Je suis obligé de venir demain matin à Paris. Si vous n'avez rien qui vous dérange, je passerai rue de la Paix vers 10 h. ou 10 h. 1/2 […]“ An den Kunständler Georges Petit. Fresselines (Creuse), 12. April 1889. „J'accepte les conditions que vous me faites pour faire une exposition dans votre galerie […] Je préviens Rodin de mon acceptation à vos conditions [wegen ihrer gemeinsamen Ausstellung]. Vous aurez donc à conclure avec lui en ce qui le concerne […]“ (Falten restauriert).

Claude Monet verbrachte im Frühjahr 1889 drei Monate in Fresselines, bei dem Schriftsteller Maurice Rollinat, wohin ihn der Kunstkritiker Gustave Geffroy überredet hatte zusammen mit Louis Mullem und Franz Jourdain hinzufahren. [An den Kunständler Ambroise Vollard]. Giverny, 9. Dezember 1895. „[…] Je vous prie de ne pas manquer d'envoyer mon tableau de Cézanne chez M. Montaignac [Isidore Montaignac, Vertreter des New Yorker Kunsthändlers James Sutton] […]“ An den Schriftsteller und Kunstkritiker André Mellerio. Giverny, [17. Dezember 1895, Poststempel]. Auf seiner Visitenkarte: „Avec tous ses sincères compliments et tous ses remerciements […]“ (Mit Kuvert). An Ambroise Vollard. Giverny, 26. Mai 1899. „Je vous adresse la somme de quinze cents francs que je restais vous devoir sur la toile de Cézanne (le nègre) […]“ An Ambroise Vollard. Giverny, 8. September 1905. „Bien tardivement, tous mes remerciements pour les belles photographies de Cézanne qui me font le plus grand plaisir à voir. C'est très aimable à vous d'y avoir pensé […]“ (Mit Kuvert). [An Ambroise Vollard]. Giverny, 18. Januar 1907. „Inclus, je vous adresse quatre mille francs en billets de banque pour solde du prix du paysage de Cézanne. […]“ An Ambroise Vollard. Giverny, 17. Dezember 1922. „Je vous remercie beaucoup d'avoir pensé, un peu tardivement, peut-être, à m'envoyer votre beau livre sur Renoir. […]“ (Bleistift). Das 1920 von Georges Crès gedruckte Werk wurde spät veröffentlicht. An Ambroise Vollard. Giverny, 7. Mai 1923. „Je ne puis qu'être flatté de votre proposition mais je ne suis guère qualifié pour ce rôle. Depuis longtemps déjà, je ne lis plus à cause de ma vue, et j'ignore tout des jeunes littérateurs […]“ (dieser Teil diktiert). Danach drei eigenhändige Zeilen Monets mit seiner Unterschrift. Eingebunden mit drei gedruckten Werken „CLAUDE MONET. A. RODIN. Paris, Galerie Georges Petit, 1889. Gedruckte Brochüre. 8vo. (4 SS. weiß)-89-(3 SS. einschließlich der letzten beiden weiß) pp., Deckel und Rückseite erhalten. Originalausgabe, eines von 20 numerierten Exemplaren auf Japan. Ausstellungskatalog, mit zwei Vorwortstudien, eine von Octave Mirbeau über Claude Monet, die andere von Gustave Geffroy über Auguste Rodin. Mit Widmung und Unterschrift von Gustave Geffroy „À Edmond de Goncourt, hommage respectueux de son ami […]“ EXPOSITION CLAUDE MONET. Paris, Durand-Ruel, Mai 1891. Gedruckte Brochüre. Quer 8vo. Originalausgabe. Katalog mit Vorwort von Gustave Geffroy. – EXPOSITION DE TABLEAUX PAR M. CLAUDE MONET. Paris, Galerie Durand-Ruel, 1891. Gedr. Einladungskarte. Oblong-8vo. 1 p..

buy now

Monet, Claude

French painter (1840–1926). Group of 7 Autograph letters signed. 8vo. 21 pages.
$ 30,529 / 28.500 € (89657)

An interesting group of 7 unpublished autograph letters signed by Claude Monet, mostly sent from Giverny to gallery Bernheim Jeune. 1) Giverny par Vernon. December 14, 1901. Bernheim Jeune had ordered the paintings Vétheuil from him, paintings that he was unable to deliver before January 15 as he wrote later, December 27, 1901 (Correspondance Wildenstein). „Voici les mesures des six toiles de Vétheuil que j'ai à vous livrer, il y en a quatre mesurent 92 sur 89 et deux qui mesure 92 sur 81, quant aux titres il n'y en a pas puisque les 6 toiles représentent 6 vues de Vétheuil. Du reste, si ces messieurs sont dans l'attention d'en faire l'exposition je m'en entendrais avec eux à leur retour, d'autant qu'il ne me sera guerre possible de vous les livrer tous avant le _____ de janvier, il n'y a donc pas presse.“ The six views of Vetheuil had been exhibited at the Bernheim Gallery in 1902 with paintings of Pissarro.

(20-28 February) 2) Giverny par Vernon Eure. November 15, 1914. Monet’s son Jean just died the 14th of February at the beginning of the WW1. On letterhead with mourning borders. „Merci à ces dames et à vous de votre bonne pensée dont je suis très touché. J’espère que vous êtes tous bien et que bientôt on pourra se revoir. Je suis allé à Paris il y a quelques jours et j’ai passé un moment avec Renoir et votre cousin assuré que Paris est donc lugubre surtout quand la nuit vient. On dit cependant que chaque jour la vie reprend. Ici nous allons bien et tout est calme, seule la vue des blessés jete un terrible __. Nous avons de bonnes nouvelles de ceux des nôtres qui sont partis. Michel va passer bientôt parti la révision et surement partira à sa grande joie mais quel surcroit d’angoisse pour moi. Madame Jean Monet se joint à moi pour envoyer à ces dames notre meilleur souvenir.“ 3) Giverny par Vernon Eure. August 9, 1917. Monet begins his work on the Water Lilies. „Hélas, vous allez me maudire je suis obligé de manquer à mes promesses maudissez moi et plaignez moi aussi car jamais je n’ai eu une aussi mauvaise saison de travail par suite du temps si variable que vous et il me faut tacher de me tirer du travail entrepris en luttant jusqu’au bout avec l’espérance d’un temps meilleur. Je vous assure que je suis très malheureux et me prive du grand plaisir de vous aller voir. Dites le bien à votre frère mais à mon âge il ne m’est pas permis de prendre un repos. Qui sait si l’an prochain ma santé me permettra de continuer à peindre dehors. Excusez-moi et m’en voulez pas Blanche et moi nous nous faisons une joie de ce voyage près de vous. Blanche remercie madame Mathilde et son affectueuse lettre. Nous vous envoyons à tous 4 nos meilleures amitiés.“ 4) Giverny par Vernon Eure. December 6, 1917. „Deux mots en hâte pour vous remercier de l’envoi de bobines reçues ce matin et que j’envoie aussitôt à Michel reparti depuis quelques jours. Merci pour lui et pour moi. Je voudrais moi aussi avoir le plaisir de vous aller voir mais je ne sais vraiment pas quand cela me sera possible vue la rareté sérieuse cette fois de l’essence et craignant toujours les attentes dans les gares. Songez que je vieilli et qu’il me faut prendre des précautions. Alors quand se verra-t-on. Je ne sais pas, tout cela est bien ennuyeux. Mais il ne faut pas se plaindre quand il y a tant de malheureux. Mes meilleures amitiés à tous quatre et le bon souvenir de Blanche à ces dames. […] P.S. Vous serez bien aimable de me prévenir lorsque les pastels seront prêts.“ 5) Giverny par Vernon Eure. April 12, 1918. „Toutes mes excuses de ne vous avoir pas remercié aussitôt de votre envoi de cigarettes mais elles sont arrivées ainsi que votre lettre dans un moment de grand et complet découragement par conséquent bon à rien ne pensant qu’à la destruction de mes grandes machines si mauvaises. Enfin et ayant passé des jours noirs de véritables souffrances et ne pensant qu’à la fin. C’est idiot mais je ne puis me maitriser dans ces moments, voilà donc mon excuse, merci. Je les ferai vernir avant. J’ai chargé quelqu’un de se rendre à l’adresse indiquée. Pour ce que vous me demandez relativement au règlement des 2 derniers tableaux livrés, vous pourrez en faire le dépôt à la société Générale, succursale de Vernon où j’ai un compte. Je vous adresse ces lignes à Bois-Lurette où je vous suppose retournés et vous envoie à tous mes amitiés. Madame Jean Monet et M…….. me chargent de leurs souvenirs pour ces dames. Pardonnez le décousu de ces lignes je crois que je deviens un peu fou.“ 6) Giverny par Vernon Eure. December 13, 1918. „Je n’ai pas répondu à votre lettre d’abord parce que depuis quelques jours ma santé n’est pas très bonne et que je suis dans un état voisin du plus noir découragement. Bref dans ces conditions il m’est impossible de venir à Paris ayant besoin je le sais très bien de soins et de précaution. Votre venue à tous les quatre ne pourrait que m’être favorable mais vous trouverez en moi un homme bien las et découragé. Vous serez bien aimable de ma prévenir d’avance du jour de votre venue car ici nous avons bien du mal à nous approvisionner et télégraphiez moi dès que vous aurez choisi votre jour et soyez bien certain que votre visite me fera une joie. Mes compliments bien affectueux à tous les quatre ainsi que se joint Madame Blanche Monet.“ 7) Giverny par Vernon Eure. May 14, 1923. Only a short time before his peu de temps avant son eye surgery. Monet to have cataract surgery in Germany. „Je suis bien en retard pour vous remercier et vous dire tout le plaisir que j’ai pris à votre charmante soirée, mais vous voudrez bien m’en excuser n’est-ce pas. Grace à votre si affectueuse insistance je garderai le souvenir de cette délicieuse soirée et de l’affection que ces dames et vous ne cessez de me témoigner. […] P.S. Je crois que je vais me décider à aller consulter un grand oculiste allemand. Je veux tout faire dans l’espoir de conserver mes pauvres yeux même comme ils sont actuellement.“.

buy now

sold

 
Monet, Claude

E. Brief mit U.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Claude Monet (1840–1926), French painter. A.L.S., “Claude Monet”, Giverny par Vernon Eure, 29 August [19]25, 2 pp. large 8vo. Double leaf. On printed stationery. Slightly shaded du to age. Letter of complaint to the community : “[…] J’ai le regret de vous dire que le service de province (tout au moins en ce qui me concerne) est absolument defectueux. Depuis 6 jours, je n’ai recu qu’un n et encore avec retard, J’ai réclamé au bureau de poste de Vernon, qui […] Giverny. Il m’a été répondu que le Journal La Victoire leur parvenait très irrégulièrement, il n’était nullement fautif. Je vous prie donc instamment de remédier à un état de chose intolérable […]”. – Written merely a year before his death.


Monet, Claude

E. Brief mit U.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Claude Monet (1840-1926), French painter. Autograph letter signed. Giverny, June 8, [1889]. 2 pp. 8°. With autogr. envelope. – To his friend, the art historian and writer Gustave Geffroy (1855–1926), telling him about his plans for a trip to Paris and regrets possibly not to be able to meet him by reason of various activities: „[...] J’arrive seulement en Paris ayont eu deu quantité de choses à faire à Paris. Je ne sais comment je vais pouvoir me tirer de tout ce qui me reste à faire ici [...] Je ne pourrai vous recevoir mercredi [...] car il me faut été à Paris avec toutes mes toiles [...]“.


Monet, Claude

Autograph letter signed to a publisher named "H. Floury".
Autograph ist nicht mehr verfügbar


Monet, Claude

Lettre autographe signée au peintre lyonnais Antoine Vollon.
Autograph ist nicht mehr verfügbar


Monet, Claude

Autograph letter signed.
Autograph ist nicht mehr verfügbar


Monet, Claude

Eigenh. Brief mit Unterschrift.
Autograph ist nicht mehr verfügbar


Monet, Claude

Autograph postcard signed.
Autograph ist nicht mehr verfügbar


Monet, Claude

Autograph letter signed.
Autograph ist nicht mehr verfügbar


Monet, Claude

Autograph letter signed.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

To the art critic and collector Philippe Burty (1830-1890), confirming receipt of his contribution towards the purchase of Édouard Manet's painting "Olympia", which had caused an unprecedented outrage at the 1865 Paris Salon: "Mon cher Burty. Pour la bonne régularité je vous informe que j'ai reçu de Mr Paul Gallimard les 25 que vous l'avez chargé de me remettre pour votre souscription à l'achat de l'Olympia de Manet. Mes remerciements. Bien cordialement votre". - Seven years after the death of the artist, following a public subscription organized by Monet, the French government acquired Manet's pivotal and scandalous nude "Olympia", now displayed at the Musée d'Orsay, Paris. Paul Gallimard (1850-1929) was a renowned collector of French impressionists.