Octave Mirbeau

French author, 1848-1917

"The French journalist, art critic, travel writer, pamphleteer, novelist, and playwright, achieved celebrity in Europe and great success among the public, while still appealing to the literary and artistic avant-garde. His work has been translated into thirty languages. As an art critic, he campaigned on behalf of the ""great gods nearest to his heart"": he sang the praises of Rodin, Monet, Pissarro, Cézanne, Gauguin, Renoir, Vallotton, and Bonnard, and was an early advocate of van Gogh, Camille Claudel, Aristide Maillol, and Maurice Utrillo."

Source: Wikipedia

Mirbeau, Octave

French writer (1848-1917). Autograph manuscript signed. N. p. o. d. [February 1900]. 4to. 2½ pp.
$ 2,710 / 2.500 € (25826)

Mirbeau, Octave (1848-1917). Manuscrit autograph signé. S. l. Février 1900. 4to. 2 pages et demie. Manuscrit de Questions Sociales, amusant dialogue entre un interlocuteur inconnu, un mystérieux visiteur, et Octave Mirbeau, à propos du projet e Théâtre populaire (article paru dans Le Journal du 18 février 1900). À partir de 1899, Mirbeau fait partie, avec Romain Rolland, Maurice Pottecher, Lucien Descaves, Émile Zola et quelques autres, du comité réuni par la Revue d'Art Dramatique pour la création et la défense du théâtre populaire.

Fervents défenseurs d'une démocratisation du spectacle, ils luttent pour un retour du théâtre à son essence, à un spectacle pour le peuple et non pas uniquement l'élite, dont la mission est éducative et non pas mercantile. "- [trente-six mille], ce chiffre correspond au nombre de communes de France. Chaque commune possède une mairie [...] une école [...] un garde champetre. Elle doit aussi posséder un théâtre. Et le théâtre ne sera vraiment populaire en France qu'à la condition de fonctionner normalement, quotidiennement [...] Pendant que le phonographe en reproduira les scènes les plus admirables de notre répertoire classique, le cinématographe en reproduira les scènes les plus palpitantes." - Le tout subventionné "par la publicité corruptrice", par la projection de réclames pendant les entractes..

buy now

Mirbeau, Octave

écrivain (1848-1917). Correspondance de 4 LAS. Une à en-tête imprimé à son adresse personnelle, slnd, à Claude Monet, 6p in 8 ° et 2p in 12°, encre violette.
$ 8,130 / 7.500 € (47035)

En 1884, Octave Mirbeau commence une grande amitié avec Monet et Rodin qu'il nomme 'les grands dieux de mon coeur'. La correspondance nous fait entrer dans l'intimité des deux hommes. Comme Monet, Mirbeau est amoureux des jardins (le jardin de Mirbeau à Carrières/Poissy est un émerveillement pour les visiteurs). Il pense à celui de son ami : 'Je n'ai pas eu une minute pour vous rapporter des plantes. Mais je vous rapporte les noms de choses si extraordinaires que j'ai vues à la grande exposition de temple-gardens.

(..) J'ai hésité un moment à vous acheter une orchidée qui coûtait 600 livres (..) elle avait plus de mille fleurs et était grande comme un acacia. (..) je vous rapporte le nom d'un nouveau lilium extraordinaire'. Il se réjouit, en 1894, de la naissance d'Alice Butler, la fille de Suzanne Hoschedé et de Théodore Buttler, un des peintres de la colonie américaine de Giverny : 'Nous avons reçu la mignonne carte de la jeune Alice (..) c'est une charmante entrée dans la vie'. A l'occasion de la maladie de sa femme, il disserte sur le caractère féminin : 'Car les femmes sont d'étranges créatures. Elles ne savent rien prendre à demi, et l'excès en tout est leur état normal. Il n'y a rien à dire, rien à faire. Il faut que ce soit ainsi dans les desseins de la nature mystérieuse. (..) j'ai été désolé de ne pouvoir être aujourd'hui à Giverny (..) J'avais Hervieu et Henri de Régnier (..) j'irai un de ces jours à Giverny. Je ne vous dérangerai en rien. Vous ferez comme si je n'étais pas là voulez-vous ? Je vous porterai en même temps des plantes qui demandent à être plantées et (..) 4 rosiers de Puteaux que j'ai pu enfin me procurer'. D'un caractère indépendant et subversif, il ajoute, parlant de certains ouvrages : 'Peut-être que le curé trouvera ces choix excessifs et dangereux. Mas la science n'est guère, en général, du goût des curés. (..) ces livres bien étudiés développeront et expliqueront chez ces jeunes cerveaux, l'amour de la nature. Et c'est là, à mon sens, qu'est le vrai idéal, celui qui est sain et viril'..

buy now

Mirbeau, Octave

Journalist, Kunstkritiker und Schriftsteller (1848-1917). Eigenh. Brief mit U. (Paris). 17.01.1908. 1 S. 8vo. Auf Briefpapier mit gedr. Adressbriefkopf. Beiliegend der eh. adressierte Briefumschlag.
$ 488 / 450 € (937898/BN937898)

An Fritz Freund (1879-1950), Leiter des "Wiener Verlags": "Monsieur, M. Eugène Fasquelle me communique la lettre que vous lui avez écrite pour demander les conditions de traductions de mon livre: La 628-E.8, en langue allemande. Je demande six mille francs (6000), les six mille francs devront m'être payer directement, dès le pret de la mise en vente de volume. Je vous serais obligé de me répondre, à mon adresse particulière [...]". Der in gesellschaftskritischer Avantgarde wie in Schlüpfrigkeiten furchtlose "Wiener Verlag" hatte seit 1901 zahlreiche Werke Mirbeaus ins Deutsche gebracht; 1908 erschien allerdings nur mehr eine Neuausgabe seines großen Sittenromans "Tagebuch einer Kammerjungfer"..

buy now