Henri Matisse

French artist, 1869-1954

Matisse was known for both his use of colour and his fluid and original draughtsmanship. He is commonly regarded, along with Pablo Picasso and Marcel Duchamp, as one of the three artists who helped to define the revolutionary developments in the plastic arts in the opening decades of the 20th century, responsible for significant developments in painting and sculpture. Although he was initially labelled a Fauve (wild beast), by the 1920s he was increasingly hailed as an upholder of the classical tradition in French painting. His mastery of the expressive language of colour and drawing, displayed in a body of work spanning over a half-century, won him recognition as a leading figure in modern art.

Source: Wikipedia

Matisse, Henri

French painter (1869-1954). Autograph Letter Signed. Issy. 8vo. 3 1/2 pp. On mourning letter paper.
$ 7,933 / 7.500 € (61500)

To Auguste Bréal (1875-1938) reporting his return to Issy, some photographs, and personal news: "I have been back here in Issy since Saturday. I found the weather here beautiful, but the cold excessive -however, the sun has not stopped shining, and for Paris, that is superb. You can well imagine, everyone has been happy to see me again. I am delighted that the beautiful days in Seville cause you to look forward to the spring. I recall them very well and enjoy them in recollection. And that Imperio, does she really dance so very, very well? As well as Dora? I would have liked to have seen her to make comparisons.

I looked around for new dances in Madrid, but there were nothing but commonplace offerings -just as in Barcelona. I found this latter city quite ugly, in spite of the magnificent landscape that surrounds it. It is in Barcelona that I came across the ugliest house I have ever seen. You cannot imagine anything so obviously hideous. It made me think of 'Le Gran Catalan du Cercel' which Barcelona regretted. How different Andalusia is from all that!".

buy now

Matisse, Henri

French painter (1869-1954). Autograph letter signed. Lyon. 4.5.1941. 4to. 1 p.
$ 2,644 / 2.500 € (74684)

To the French writer Henry de Montherlant (1895-1972). Matisse was hoping that Montherland still is in Nice when he gets there: „[…] Je crains si vous partez de ne pas vous voir avant longtemps. Moi je suis toujours ici à contre cœur. Je devrais être à Nice, déjà arrivé il y a une semaine – mais un rhume grippal avec une menace d’otite […] m’a obligé de rester encore […]“. About the fever he was suffering from „je suis presque sourd d’une, n’entends pas beaucoup de l’autre ».

Il espère partir à la fin de la semaine : « j’ai la tête comme bourrée de coton – je commence à me décourager […]“ - Some age toning to paper; repair to the verso of the paper and paper wrinkling..

buy now

Matisse, Henri

French painter (1869-1954). Autograph letter signed. Vence. 29.2.1944. 4to. 2 pp. 8vo. 4pp.
$ 4,760 / 4.500 € (74685)

Interesting letter to the French writer Henry de Montherlant (1895-1972) about the collaboration of two projects that Monterlant proposed to Matisse. He is happy to have been able to help Montherlant to fight his insomnia. He encourages him to do gymnastics and promises not to talk about homeopathy anymore, since he does it perfectly, that this medicine is not yet recognized „et même niée par les pontifes de l’Académie“. - Then he comes to Montherlant's project around photographs of female nudes: „Votre départ sur les photos de nus féminins m’amuse“.

It will not be easy to make a book, „tout au plus une préface pour une édition de reproductions de ces [alluring erased] beautés. Les photos sont évidemment éloquentes […] elles peuvent parler à l’esprit, et aux sens, ou bien à un seulement et aux autres exclusivement. Votre rôle de commentateur est d’expliquer par quel bout ils nous touchent, le bout noble“. He can not be of help „Je ne pourrais rien en dire avec des mots, ça c’est pour vous. Je pourrais en tirer des dessins qui dégageraient l’essence des choses que j’y verrais. Mais ça c’est une œuvre assez importante. Voyez une série de photos dont la qualité essentielle serait dégagée par Montherlant & Matisse. Si j’étais plus jeune, je veux dire seulement si je n’avais tant de choses sur la planche pour mes dernières années!“ He could possibly realize this idea with Despiau „le subtil“ or Mariette Lydis „la suave“. About another illustration project „traité d’astronomie“, he points out to him three Dürer engravings of the hemispheres and zodiac signs on the tropics of the terrestrial sphere: „Que pourrais-je faire de plus? Une illustration d’un manuel d’astrologie dont vous imagineriez un texte phantaisiste et rabelaisien! ça colle?“. He proposes to Montherlant to send him the portrait he has made of him..

buy now

Matisse, Henri

franz. Maler und Bildhauer (1869-1954). Eigenh. Brief mit Unterschrift. ohne Ort. 15.1.1945. 8vo. 2 pp.
$ 3,702 / 3.500 € (81825)

An Henry de Montherlant: „[…] Cher ami, Je pense souvent à vous en me félicitant d'être peintre. Il y a quelques mois, ou quelques années, vous plaignez les peintres [Bildhauern durchgestrichen] dont une partie de leurs oeuvres, les plus importantes, peut disparaître dans un simple incident de guerre - Delacroix à l'incendie de l'H. de Ville de Paris en 70. Constatez que chacun a sa part de désastre à supporter […]“ - Er dankt Montherlant und spricht den Verkauf seines Werkes Pasiphaé durch das Rote Kreuz an: „le mieux serait qu'il soit dit chez les libraires et chez Fabiani qu'il y a un exemplaire à vendre pour la + R, qui serait donné au plus offrant […]“.

buy now

Matisse, Henri

French artist (1869-1954). 1 Autograph letter signed, 1 typed letter signed and one drawing. Grenoble. 4to. 1 p., 8vo 2 1/2 pp., 50 : 200 mm 1p.
$ 13,221 / 12.500 € (83301)

One ALS and one typed letter with signature plus one sketch to Jean Leymarie of the Musée National d’Art Moderne. „[…] ami, J’ai votre lettre à l’instant et je vous ai tout de suite envoyé un télégramme vous indiquant le ton du cadre gris plus foncé que le mur de façon à rendre la toile planté sur le mur comme une fresque. Permettez moi de vous dire que le cadre n’est pas assez épais […] il faudrait donc augmenter sa feuillure en ajoutant […] comme je vous l’indique sur votre croquis […]“ Matisse is dicussing the colour of the gray frame which he wants to see in a darker tone than the wall so as to make the wall look like a fresco.

He suggests to increase the frame as he has indicated on the sketch. In a joint letter (typed) from October 1953 Matisse writes: „[…] Tout d'abord je tiens à vous dire que je suis très touché par votre désir si constent de joindre à la collection de votre Musèe une sculpture de moi et je vous prie de m'excuser de répondre à vos lettres avec un tel retard. Voici ce qu'il en est des pièces qui vous intéressent. La Serpentine est épuisée. Les grands bas-relièfs n'existent pas actuellement en bronze car des complications matérielles ne permettent pas pur le moment leur exécution. Vous ne pouvez donc que choisir entre les 4 premiers états de la Tête de Jeannette, car, là encore, our le moment il ne m'est pas possible de vous fournir le dernieèr état, le cinquième. Je pense que le prix de 200.000 Fr pour une de ces tetes pourra vous convenir. […]“ Matisse expresses that he feels touched by the request to include a sculpture of his in the collection of the Museum. The large bas-reliefs of La Serpentine do not exist in bronze due to complications with the material. Leymarie can therefore only choose between the first 4 states of the Tête de Jeannette, because, there again, for the moment it is not possible for Matisse to provide him the last state, the fifth. „I think the price of 200,000 Fr for one of these heads may suit you.“ La Serpentine, it’s original is from 1909, is an elongated figure of a woman with grotesque proportions yet is both dignified and provocative. The nonchalant pose of resting one elbow on a post and crossing the feet at the ankles has been related by Alfred Barr to the Greek tradition. Hilton Kramer has said of this work: "The parts are each given an unexpected weight— the torso as slender as any to be found in a later Giacometti, the head conceived like a flower too large for its stem, the calves almost too absurdly thick for the lean thighs— yet the whole is resolved in a harmony that belies the distortion of the parts.“ With the heads of Jeannette, five of its kind, Matisse shows the process of abstraction in these heads. Matisse also demonstrates his extraordinary mastery of organic form and its expressive possibilities. [The sculpture of Matisse, MoMA, 1972].

buy now

Matisse, Henri

peintre et sculpteur (1869-1954). Autograph document signed. O. O. 05.07.1946. 1 p. in-12 oblong. Au verso d'une photographie d'un tableau (tampon du studio Yves Hervochon).
$ 8,990 / 8.500 € (49287/BN33621)

Certifiying that the painting pictured on the reverse is not in his own hand: "Je certifie que ce tableau n'est pas de moi. Selon mon droit j'en ai gratté la signature". - Accompanied by the forgery in question (an oil painting on canvas).

buy now

Matisse, Henri

French artist (1869-1954). Autograph letter signed. N. p. 04.12.1940. 4to. 2 pages.
$ 10,048 / 9.500 € (72686/BN46613)

To his friend, the French writer Henry de Montherlant. Matisse regrets not being able to receive him in the evening, as he has had a "spasm crisis which tired me much": "[...] mes journées sont souvent longues et le soir je dois renoncer à des visites qui prépareraient une nuit d'insomnie, d'autant plus certaine que visiteur serait plus intéressant. Aujourd'hui j'ai supporté un examen radiographique qui m'a brisé. En somme, je me trouve surtout en lutte avec les médecins [...] Ma fille que j'ai fait appeler m'aide heureusement dans cette lutte difficile et délicate.

Au fond je me sens très bien, et aucune urgence ne me paraît indiquée. Comme je ne prends que des bouillies pour désenflammer l'intestin et des oranges (vitamines), j'ai forcé un peu trop sur les oranges, qui par leur aciditée m'ont dérangé l'intestin qui allait au mieux. Au lieu de reconnaître la cause vraie de ce petit accroc, les médecins y voient un motif de hâter l'intervention. Je ne les crois pas malhonnêtes mais simplement un peu trop excités à l'action. Le chirurgien est un père coupe toujours. Le médecin traitant est fils d'italiens et menacé par le nouveau régime a l'air de ne pas vouloir contrarier ce chirurgien établi solidement à Nice. Le 2e médecin est juif tremble dans ses culottes et se range de l'avis du plus fort. - Il a dit à ma fille, moi j'ouvrirais pour voir ce qu'il y a dedans. Au fond tout ça est rigolo. Il suffit de savoir se défendre - et pour ça je suis assez fort quand je ne fais pas de tableau - ce qui est le cas [...]"..

buy now

Matisse, Henri

French artist (1869-1954). Autograph letter signed "Henri". [Collioure. 12mo. 4 pp. on a bifolium.
$ 5,817 / 5.500 € (82597/BN53779)

Complex and emotional letter to his wife Amélie Noellie Parayre, primarily describing a mental health crisis of Matisse's student and alleged lover Olga Markowa Meerson. In the first part of the letter Matisse informs his wife that he had written to his patrons Gertrude and Leo Stein. He emphasizes that he wrote about painting at length but did not mention a potential visit of the siblings in Collioure, the southern French fishing village where Matisse spent the summer of 1911. Apparently, Amélie dreaded their visit and Matisse planned to suggest to the Steins the neighbouring village Argèles as an alternative domicile, but concludes: "Even if they find accommodation here - provided that they bring their housemaid - we cannot give the impression of pushing them away.

You will probably see less sympathetic people here because Collioure is said to be invaded by painters" (transl.). - The second part of the letter forms an intimate account of Meerson's mental crisis, Matisse's conflict with his wife over the student, and his as well as his daughter Marguerite's growing desperation that is worth quoting in full: "I do not have anything really new to report except perhaps that it rained all day and that Olga already wanted to leave 3 times since your departure. The nerves recover less and less well, which is very difficult for us. For three days she has been sleeping here, having had hallucinations at her place. I strongly wish her to return to Paris and I hardly see the possibility of taking her to Italy because she could never work to make ends meet and take care of herself. Surely she needs to return to her family, she is really incapable of any effort. I am highly annoyed and enervated - she makes scenes for no reason. Her irritation, which was with Purrmann, has shifted to me, and I assure you that it is not at all amusing and there is nothing to say because she will not acknowledge it. Today she suffered a very strong crisis that destroyed Margot and me. I have been awake since one in the morning and am writing you after writing to Stein. It is now four o'clock. Finally after wanting to leave yesterday at 11 o'clock in the evening, very agitated, as if mad, she decided to stay, but will not see us again. She will make arrangements to stay with Madame Delfau [wife of the painter Louis Delfau] and remain there so as not to disturb us anymore. She has a day or two. You can wait to see her come back after these days but I do not recommend it at all because it will be unnecessary stress for you. We certainly made a mistake in not letting her leave a month ago. She has to return to her family, she admits it herself in her manic phases. To hold her back would be negligent. Besides, there are other things to do, I have not worked in four days. Since Huyot [the painter Albert Huyot] left we have been saddled with her, and it is enervating. The night before this I slept very poorly. This one is sleepless now - you need to choose her or me without even considering Marguerite, who is strongly affected [...] The sea is certainly harmful to her, and she needs the care that her family has to provide her". - Matisse met the Russian Olga Meerson, a talented painter, at the "Académie Matisse" that he had founded in 1908 with the financial support of the Steins and other friends. The German artist Hans Purrmann, mentioned in the letter, was among the organizers of the short-lived academy. When Matisse stopped teaching in 1911 he continued to meet Meerson, who served him as a model, and they allegedly had an affair. The fact that Meerson in 1911 executed one of the few portraits of Matisse, always a reticent sitter, speaks of their intimacy. While it is often repeated that Matisse broke off contact because of his wife's jealousy, the letter tells a more complex story. We do not know details of the relationship of the two women, but Matisse's dramatic demand to choose between him and her clearly points to a very emotional situation. Apparently, Amélie had planned a trip to Italy with Henri and Olga, which he opposed citing Olga's mental health. The relationship of the Matisses with Olga Markowa Meerson effectively ended only weeks after the letter was written. Olga moved back to Munich, where she married the German music critic and composer Heinz Pringsheim (Thomas Mann's brother-in-law) in 1912. In 1929 Olga Markowa Meerson took her own life in Berlin. In spite of her obvious talent, Meerson is today largely forgotten as an artist, which will hopefully change in the future. - Slightly creased..

buy now

Matisse, Henri

French artist (1869-1954). Autograph letter signed. [Sevilla]. 22.12.1910. 8vo. 2 pp. on bifolium.
$ 4,760 / 4.500 € (83071/BN54505)

To his mother Héloïse, a little worried about not having received a letter from his family for five days, insisting that his daughter Marguerite should write him every day, as he does not suppose his wife Amélie forbade her to do so. He trusts his mother is well, and he is fully convinced that his stay in Sevilla will benefit him greatly, provided he receives more letters to prevent him from boredom: "Je n'ai pas encore de lettre aujourd'hui, et d'après la dépêche que j'ai reçue hier rien ne me fait prevoir que je n'en aurait durant 5 jours.

Je ne comprends pas que vous me laissez sans nouvelles. Marguerite doit m'écrire tous les jours. Je ne suppose pas qu'Amélie lui a défendue. Je pense d'après la dépêche que tu vas bien et que ton régime l'a entièrement réussi [...] Je pense que mon séjour ici me fera beaucoup de bien, à la condition que je ne m'ennuie pas - pour cela écrivez régulièrement". Matisse plans to write to his wife in Perpignan and suspects her to be upset with him, although he travelled to Spain to do nothing but work, concluding with comments on the weather in Paris and Sevilla: "Je vais écrire à Perpignan. Quand est donc parti Amélie? Comme ça n'est pas bien de ne pas m'avoir prévenu. Elle est donc tout à fait colère contre moi. Je ne peux que toujours répéter je ne suis ici que pour travailler [...] Je sais d'après les journaux qu'il fait très mauvais temps à Paris. Ici le temps est beau quoiqu'un peu toublé aujourd'hui [...]". - On stationery with a stamp of the "Circulo de labradores y propietarios"..

buy now

Matisse, Henri

French artist (1869-1954). Autograph letter signed. Paris. 21.09.1937. 4to. 1 page.
$ 4,760 / 4.500 € (83072/BN54506)

To a friend with thanks for his letter, letting him know that everyone is in good spirits, asking for the address of "the last proprietor" and regretting his being unable to visit him, as he is presently incapable of moving: "Je vous remercie de votre lettre et je suis heureux de constater que tout le monde est de bonne foi. Voulez-vous bien me donner l'adresse du dernier propriétaire pour que je puisse lui écrire. Je regrette de ne pouvoir aller vous voir mais je suis immobilisé en ce moment [...]".

buy now

Matisse, Henri

French artist (1869-1954). Autograph letter signed. [Nice]. 8vo. 1½ pp.
$ 6,875 / 6.500 € (83073/BN54507)

To the writer Henry de Montherlant (1895-1972), hoping that his trip was an interesting one and that he returns bearing good news, regretting to no longer having works by Roger Martin du Gard (1881-1958) in his possession, returning a copy of Hermann Rauschning's "Hitler m'a dit" (1939), and recommending two tailors in Nice, Messrs. Hettema and Gentilomme: "J'espère que votre voyage a été intéresant par conséquent profitable et que vous n'en rapportez pas de nouvelles trop désespérantes.

Je n'ai plus 'les Martin du Gard', regrets. Je vous fait remettre le 'Hitler m'a dit'. Je me suis renseigné au sujet du l'adresse d'une bon taileur que vous me demandez car je ne me suis jamais fait habiller à Nice. Voici ce qu'on m'a indiqué comme excellent - Hettema [...] le complet était en ce moment de 3.500 fr - mais tout est bon coupe étoffe et tout et tout [...] Un autre tailleur de bonne coupe m'a été indiqué par mon ancien croupier [...] c'est le tailleur qui fait les habits des croupiers qui devaient être impeccables [...] Il s'appelle Gentilomme [...] Je n'en connais pas les prix - je les suppose plus modestes. Moi j'irai chez Hettema - mais le Genilomme est peut être suffisant [...]"..

buy now

Matisse, Henri

French artist (1869-1954). Autograph letter signed. Vence. 8vo. 2 pp.
$ 6,875 / 6.500 € (83074/BN54508)

To the writer Henry de Montherlant (1895-1972), glad to hear that he is interested in the proofs of his illustrations for the lyrical work "Pasiphaé: Chant de Minos (Les Crétois)", having just discovered that they are intended for a separate album that will not be published for another year, therefore planning to provide him with different proofs; also relieved to hear that his foot has healed and hoping to see him in January: "Les épreuves que je vous ai envoyées vous intéressent, j'en suis flatté.

J'apprends que, comme elles doivent faire partie d'un futur album de mes études sur P. & le Ch. de M., même dans le tirage imparfait de l'Éclaireur de Nice elles ne pourront exister quand l'album en question paraîtra. Ça ne sera pas avant un an. Alors je vous les remplacerai. Vous les trouverez dans l'ensemble que je vous prierai d'accepter. Content d'apprendre que votre pied est guéri, vous allez pouvoir déployer vos ailes. Vous verai-je en Janvier? [...]". - Montherlant's "Pasiphaé", retelling the Greek myth of the Minotaur, was illustrated with 148 linocuts by Matisse and was published by Martin Fabiani in Paris in 1944..

buy now

Matisse, Henri

French artist (1869-1954). Autograph letter signed. 132 Bd Montparnasse [Paris]. 01.12.1946. 4to. 2 pp. With autograph envelope.
$ 5,817 / 5.500 € (83075/BN54509)

To Mary Hutchinson in London about François Campaux's short film "Henri Matisse" (1946). He has forwarded her list of potential viewers to Campaux, who travels to London the following day and will mail their invitations. Matisse will remain in Paris to finish work he began last summer, but plans to return to Vence in mid-December, where he hopes to welcome her at some point during the winter: "Mille mercis pour la peine que vous avez prise au sujet des invitations à la présentation de mon film.

J'ai transmis vos listes à Mr Campaux l'auteur. Il part à Londres demain lundi et va faire, ou plutôt envoyer ses invitations. J'espère que les invités seront intéressés. Je suis encore ici, retenu par la terminaison des travaux que j'ai entrepris cet été. Je retourne à Vence le 15 décembre. J'espère que cet hiver vous viendrez peut-être à la Côte d'Azur et que vous voudrez bien venir à Vence me visiter [...]". - 2 telegrams (1947 and 1950) to the same, expressing his best wishes, are loosely enclosed, as is as another autograph envelope..

buy now

Matisse, Henri

Maler (1869-1954). ALS. Nizza. 18.11.1924. 2½ SS. auf Doppelblatt. Gr.-8vo. Mit zwei kleinen Handskizzen.
$ 15,866 / 15.000 € (41001/BN21483)

Probably to a publisher, perhaps regarding Waldemar George's monograph "Henri Matisse. Dessins" (Paris, Éditions des Quatre chemins), published the following year: "[...] il était convenu que la maquette de Votre fascicule me serait communiqué. Vous ne l’avez pas faite [...] à la page 39 le dessin est imprimé à l’envers et le titre détruit le dessein. Je suis d’autant plus étonné de cette faute que je vous l’avais deja ‚signalé’ dans une lettre [...] A Part ça tout est très bien, les réproductions et les textes très bonnes.

Croyez bien que je suis vivement contrarié d’avoir à vous signaler cette grosse erreur peut-être reparable, qui va gâter votre fascicule et trahi mon dessin [...]“. - The sketches show how the mistake mentioned could be corrected by overpasting. - On stationery with printed letterhead of the "Brasserie de la Marne"..

buy now

sold

 
Matisse, Henri

7 e. Briefe und 2 e. Brieffragmente, alle mit U. („Henri Matisse“, „Henri“, „H. M.“ oder „H“).
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Henri Matisse (1869–1954), Maler. 7 e. Briefe und 2 e. Brieffragmente, alle mit U. („Henri Matisse“, „Henri“, „H. M.“ oder „H“). Zusammen 33½ SS. auf 19 Bll. (Gr.-)8°. Mit drei Federskizzen (davon eine auf einem separaten Blatt). Sevilla und Tanger, 1910 bis [1912]. – Frühe und inhaltsreiche Reisebriefe an seine Frau Amélie (ein Brief zugleich an die Galeristin Berthe Weill) mit vielen Mitteilungen und Aufträgen: „[...] Je me porte en ce moment tout à fait bien et suis impatient de me mettre au travail. J’ai loué comme je te l’ai dit un atelier Argote de Molina 19 [...] un très bel atelier pour 1 mois pour 40 pesétas et je compte me mettre à la 1re n[ature] morte de Itsch.[oukine] lundi. Je suis d’aplomb vraiment et j’espère faire du bon travail [...] Quant à ce que tu me dis de Purrmann, je pense que tu l’emballe un peu, et je crois que cette folle d’Olga aurait mieux faite de taire à ce qu’elle t’a raconté [...]“ (Br. v. 16. Dezember 1910 aus Sevilla). – „[...] J’ai terminé une grande nature morte, que je pense bonne. J’ai reçu une lettre de Itschoukine qui me dit que ses décorations sont placées et que l’effet n’est pas mauvais, qu’il les trouve intéressants, mais que le public est contre – enfin il a confiance et il espère triomphes. Il me demande de lui faire 3 nouveaux panneaux de deux mètres ½ sur 2 comme la décoration de salle à manger rouge [...]“ (Br. v. 29. Dezember 1910 aus Sevilla). – „[...] De plus voyant le temps magnifique [...] et trouvant beaucoup de motif pour peindre, Itschoukine me commendant 2 natures mortes je les ai [...] faites, avec probablement autre chose pendant les mois que je pouvais rester [...]“ (Br. v. 31. Dezember 1910). – „[...] Pour les grands décorations je suis content qu’elles ne fassent pas mal. J’en avais peur à cause de l’escalier. L’avenir sera le reste. En tout cas j’ai fait ce que j’ai pu. Mais l’annonce de trois panneaux nouveaux ne m’a pas trop enchanté, il est vrai qu’ils sont plus petits ou moins grands [...]“ (Br. v. Januar oder Februar 1911 aus Sevilla). – „[...] Je commence à reprendre contact avec Tanger – car depuis mon arrivée, je ne retrouvais plus le Tanger que j’ai laissé au printemps et je ne voyais pas encore autre chose. Je me disais si ça ne vient pas je repars vivement. Mais aujourd’hui j’ai vu choses épatantes et je crois que ça va marcher. Tous les petits endroits que je connaissais sont changés, il n’y a plus les fleurettes qui étaient partout sur les murs, sur le petit Marabout de la Casbah par exemple tout est sec, les pieds de colline qu’on voyait du petit café arabe sont roux, l’herbe est brûlée [...] c’est tout à fait inattendu, les arômes, les cris sont tout à fait disparus [...]“ (Tanger, wohl Ende 1912). - Außer dem genannten Matisse-Sammler Sergej Schtschukin, der bei dem Künstler zwei große Dekorationen, „La danse“ und „La musique“, in Auftrag gab, werden noch andere Personen aus Matisses Umgebung erwähnt, darunter Auguste Bréal, Albert Marquet und Jean Puy. – Zumeist auf Briefpapier mit gedr. Briefkopf „Circulo de labradores y propietarios Sevilla“; zwei Schreiben ohne Anrede dienten möglicherweise als Zusatzblätter zu Briefen. – So frühe Briefe im Handel von großer Seltenheit.


Matisse, Henri

7 e. Briefe mit U.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Henri Matisse (1869–1954), Maler. 7 e. Briefe mit U. („Henri“, „H. M.“ oder „H“). Nizza, 18. Januar 1922, bzw. o. O. u. J. Zusammen 22½ SS. auf 12 Bll. (Gr.-)8°. Mit 1 Federskizze. – Unveröffentlichte, zumeist undatierte und auf Reisen (darunter wohl auch nach Nordafrika) flüchtig hingeschriebene, äußerst inhaltsreiche Briefe an seine Frau Amélie, mit zahlreichen Mitteilungen, Aufträgen, der Erwähnung eigener wie fremder Arbeiten und von mehreren Bekannten, so etwa Hans Purrmann und Mitglieder der Familie Stein: „[...] Il faudra que je m’occupe pour trouver sur la place Messine un coin pour travailler, soit au Casino ou une fenêtre – je devais possible retenir une place par le retour, car il y aura du monde quoique la saison n’est pas brillante. – Je vois lentement les peintures de Jean [sein Sohn] – mais je les aime de plus en plus – j’y vois une grande force – C’est seulement aujourd’hui que j’ai estimé le N. M. avec les graines de palmier [...] Je l’ai piquée au mur ce matin – et maintenant j’y trouve de très grands qualités [...]“ (aus dem sechsseitigen, mit „Dimanche“ überschriebenen Brief, S. 6). – „[...] Je crois qu’il me serai nécessaire d’aller à Ravenne et je compte emmener Marguerite [seine Tochter]. Mais il faudrait que tu m’envoie mon pardessus vert [...] mon Bedeker [sic] sur l’Italie, il doit être dans l’atelier ou dans mon chambre [...]“ (aus dem mit „lundi“ bezeichneten Brief, S. 6). – In einem Brief aus Nizza vom 18. Januar 1922 berichtet er: „J’ai reçu une lettre d’Ebstein me demandant d’écrire à Georges [Rouault?] pour lui demander de prêter ses toiles pour l’exposition, disant que la chose venant de moi aurait plus de poids. Il dit aussi que Georges n’a pas l’air au courant de cette exposition. Il dit aussi que lui a beaucoup à faire pour l’exposition – catalogue [...] etc, et tout cela après le partage. C’est à dire qu’il ne veut pas faire l’exposition comme l’année dernière, c’est à dire partager les ventes avec Georges [...] J’ai répondu à Ebstein [...] et j’ai écrit à Georges pour lui rappeler notre projet [...] Aujourd’hui j’ai fait une toile de 15 – Une fenêtre encore que je crois très fine d’harmonie – La mer grise – et Henriette debout avec une robe en [...] [unleserlich] blanche rayée bleu [...] elle tient derrière le dos un livre jaune à la main [hierzu enthält der Brief eine Federskizze] – Je vais envoyer les dimensions à Ebstein [...]“. – Wertvolle Sammlung mit vielen Informationen zu Leben und Werk des Meisters.


Matisse, Henri

E. Brief mit Initialen
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Henri Matisse (1869–1954), Maler. E. Brief mit Initialen. Wohl Sevilla, 22. Dezember 1910. 2 SS. auf Doppelblatt. Gr.-8°. – An seine Mutter mit der Bitte, ihm häufiger zu schreiben, und mit Nachrichten über seine Gesundheit und das Wetter: „Moi, je suis moins énervé qu’hier, j’ai très bien dormi cette nuit. Je pense que mon séjour ici me fera beaucoup de bien, à la condition que je ne m’ennuie pas – pour cela écrivez régulièrement. […] Je sais d’après les journaux qu’il fait très mauvais temps à Paris. Ici, le temps est beau quoiqu’un peu troublé aujourd’hui [...]“. – Auf Briefpapier mit gedr. Vignette.


Matisse, Henri

E. Brief mit U.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Henri Matisse (1869–1954), French artist. Autograph letter signed. Paris, September 12, 1950. 2 pp. Small 4°. – To his friend Pauline Schyle in Papeete, Tahiti: „[...] Je n’ai pas encore vu votre soeur – j’espère la voir avant de quitter Paris, pour m’occuper de vos fleurs. Elle est dans un des plus beaux pays de France – et ne peut le lâcher [...] Je ne retrouverai plus en Papeete que j’ai aimé mais un tas de bâtiments qui feront de plus en plus de Tahiti un pays comme un autre [...] Il perd son charme en perdant son innocence [...]“.


Matisse, Henri

E. Brief mit U.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Henri Matisse (1869–1954), painter. ALS. Nice, 14. IV. 1943. 1¼ p. Larger 4to. – To the art critic Bernhard Degenhart (1907–1999) regarding the series „Thèmes & Variations“, that has been published the very same year, a collection of 158 drawings, Matisse produced during 1941 and 1942: „L’attention du Musée de l’Albertine me flatte beaucoup – Je n’ai pas ici de lithographies; mais je vais recevoir dans quelques semaines plusieurs suites de dessins qui sont été publiés dans un ouvrage intitulé ‚Thèmes & Variations’. Je vais bien avoir parlé de cet ouvrage au Docteur [Werner] Haftmann lorsqu’il est venu me voir – Je crois qu’alors vous pourrez trouvez matière à votre curiosité, et que votre dérangement ne sera pas regretté [...]“.


Matisse, Henri

E. Albumblatt mit Widmung und U.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Henri Matisse (1869–1954), painter. Autograph quotation signed. Nice, 30. VII. 1943. 1 p. Double sheet. 4to. – The inscription for the art critic Bernhard Degenhart (1907–1999): „Les plus grands ennemis d’un artiste sont ses mauvais tableaux. | Henry Matisse“.


Matisse, Henri

Eigenh. Bildpostkarte mit U.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

To Michelle de Freston in England, thanking for a packet full of delicacies: "Les gouttes de neige sont delicieuses - et les boeufs! | H. Matisse | vous remercie".