Maurice [Lachâtre

[Lachâtre, Maurice

französischer Journalist und Verleger (1814-1900)]. Judgment. Handwritten document, unsigned. Versailles. 1 S. Folio.
$ 11,058 / 10.000 € (76531/BN49408)

Copy of a court martial's judgment, sentencing the bookseller Maurice de La Châtre to be deported and imprisoned in a fortress for his involvement in the Paris Commune of 1871: "3ième Conseil de Guerre de la 1ère Division militaire séant à Versailles. Jugement par Contumace. Le 3ième Conseil de Guerre permanant de la 1ère division militaire a rendu le jugement suivant: Aujourd'hui 19 décembre 1873 le 3ième Conseil de Guerre de la 1ère Division militaire séant à Versailles, ouïr le commissaire du Gouvernement dans ses réquisitions et conclusions, a declaré le nommé Delachartre (Claude Maurice) homme de lettres et libraire éditeur, contumax, à l'unanimité, coupable d'avoir en 1871, à Paris, pratiqué des intelligence avec les directeurs et commandants de bandes armées dans le but d'envahir des places et des postes appartenant à l'état & de faire attaque et résistance à La Force publique agissant contre les auteurs de ces crimes.

- 2° à la l'unanimité coupable d'avoir à la même époque et au même lieu participé à un attentat dans le but de détruire & de changer le gouvernement. En conséquence le dit conseil condamne par contumace, à l'unanimité le nommé Delachartre (Claude Maurice) Sus-qualifié, conformement aux articles 96, 88, 87 du code pénal, 5 de la constitution de 1848, et de la loi du 16 Juin 1850 et 135 du code de Justice militaire, à la peine de la déportation dans une enceinte fortifiée. Le dit Jugement à commencé à recevoir son exécution le 30 Xbre 1873". - Lachâtre, who at this time was publishing the first French translation of Marx's "Kapital", had been able to avoid arrest by flying to Spain, where he lived in San Sebastián, near the border, under the name of "Leconte". Driven away by the Carlists two years later, he again escaped to Brussels and later to Vevey in Switzerland before finally returning to France in 1879. - Traces of folds; some brownstaining; some slight defects to upper edge..

buy now

Lachâtre, Maurice

French journalist and publisher (1814-1900). "Un épisode de la semaine infernale du 21 au 28 Mai 1871". Manuscript with autograph revisions signed. [Likely San Sebastián, Spain. 8vo. 13 pp. on blue squared paper, written on rectos only.
$ 49,761 / 45.000 € (76529/BN49406)

A long, unpublished manuscript recounting the horrors of the "Semaine sanglante" of May 21st through 28th, 1871, which saw the defeat and collapse of the revolutionary government of Paris. Originally drafted as a preface to a never-published sequel volume to Lachâtre's 1870 "Nouvelle encyclopédie nationale", what the author conceived as an apology for the book's long delay constitutes a powerful first-hand account of the "Bloody Week" and of his own persecution. The manuscript is written in a scribal hand but is extensively revised in Lachâtre's own, characteristically graceful handwriting, showing his deletions, insertions and various textual changes on almost every page.

Lachâtre describes the Communards' heroic resistance, in which women fought on the barricades alongside their husbands, brothers and sons against the vastly more numerous and better equipped army. He deplores the atrocities which the Communards, too, committed in their desperation (such as the execution of no fewer than 123 clergymen and gendarmes who had been taken hostage), but his emphasis is clearly on the indiscriminate, ruthless cruelty with which the invading soldiers slaughtered men, women and children, the decrepit and infants alike, if they suspected them of any connection at all with the Commune: "Les Versaillais massacrent, fusillent, percent de leurs sabres - baïonnettes et par milliers tous ceux qui leur tombent sous leur main, innocents ou coupables, hommes et femmes, enfants et vieillards; la vapeur du sang les énivre, la soif de la vengeance les pousse à chercher de nouvelles victimes; ils parcourent les rues, envahissent les maisons, fouillent les demeures des citoyens, arrachent de leur lit les malades, tuent tous ceux qu'ils soupçonnent avoir été partisans de la Commune [...] Ceux là sont conduits par files innombrables, prisonniers de tous les âges, hommes et femmes, des mères tenant de petits enfants par la main, quelques unes allaitant un nouveau-né; ces longues files de victimes enchaînées vont s'engouffrer dans les cours des casernes dont les portes se referment avec un bruit lugubre, et où toutes sont massacrées, toutes, jusqu'à la dernière!!!" - Lachâtre himself barely escaped into hiding before a platoon of soldiers arrived looking for him and his associate Félix Pyat (1810-89), with whom he had published the radical papers "Le Combat" and "Le Vengeur": "Se décida à abondonner la place, laissant chez lui deux femmes, deux jeunes filles dont une de dix ans à peine, son enfant. Dans la maison se trouvait également le caissier de la librairie, M. Profilet, vieillard inoffensif, qui jamais ne s’était occupé de politique [...] On était au mercredi, 22 mai! Vers les deux heures de l’après-midi, moins d’une demi-heure après le départ du citoyen Maurice La Châtre, la maison est envahie par une troupe de soldats [...] Après une heure de mortelles angoisses pour le pauvre caissier, il est lui-même emmené prisonnier! Mr. Profilet était porteur d’une montre en or avec sa chaîne, et d’une somme de 400 fr en pièces d’or, quand il fut enlevé de sa maison… Où fut-il conduit par les soldats de 55e de ligne? Quel a été le sort réservé à ce vieillard inoffensif, absolument innocent de tout acte insurrectionnel? C’est ce que ni sa famille, ni ses amis n’ont jamais su! [...] Nous vous devions le récit de ces évènements, chers lecteurs [...] A vous, aimables lectrices, à vous, chers lecteurs, amis connus et inconnus, l’auteur adresse de la terre d’exil de salut fraternel". - Slight paper flaws to bottom edge of the final leaf, otherwise very well preserved. At the head of the first page, Lachâtre has inscribed the manuscript to his longtime collaborator Félix Pyat: "Maurice LaChâtre à Félix Pyat". A diplomatic transcription of the full text is available upon request..

buy now