Martin Stanislas Gillet

Gillet, Martin Stanislas

French theologian and archbishop (1875-1951). Autograph letter signed and 3 autograph visiting cards. Paris and Rome. 8vo and visiting card format. Together (4+2+1+1 =) 8 pp. on one bifolium and 3 single sheets.
$ 474 / 450 € (82891/BN54261)

To a "chère Madame" about a recent review of Louis Le Cardonnel's poetry by the novelist and critic André Beaunier (1869-1925) that coincides with his own conception of religion, arguing to rid the world of "strange" literature, art and morals, which are supposedly responsible for a certain narrow-mindedness, asking her to convey his admiration for Beaunier to the same, and hoping that his text might encourage others to resist a simplicity of the mind: "[...] Je viens de lire dans la Revue des Deux Mondes la Revue littéraire consacrée par Monsieur Beaunier aux poèmes de Louis Le Cardonnel.

Cette analyse est un chef d'oeuvre d'un bout à l'autre. Mais ce qui m'a enthousiasmé par-dessus tout, c'est la façon dont sont exécutés ces 'étranges littérateurs et artistes que nous avons, depuis quelque temps, et qui, du jour qu'ils ont résolu de consacrer à lui leur talent, ne lui consacrent pas, mais lui sacrifient leur talent' [...] Il y a si longtemps que je souffre de cette conception abâtardic de la Religion qui, en nom de la grâce, veut qu'on vide la nature de toutes les richesses que dieu même y a déposées, comme si dieu pouvait détruir d'une main ce qu'il a crée de l'autre. Et ce n'est pas seulement en art et en littérature, mais en morale, et en tout que servit cette étroitesse d'esprit [...] Voulez-vous vous faire auprès de mon cher et illustre ami l'interprète éloquente de mon admiration. Ces pages feront du bien; elles rouvriront tous ceux qui ne trouvent pas en eux mêmes la force de réagir contre cette fausse simplicité qui tend à s'imposer partout comme une mode tyrannique et unintelligente [...]" (Paris, 3 Oct. 1920). - Possibly to the same recipient, looking forward to receiving her proofs and offering to write a foreword: "Moi je serai content de recevoir pendant les vacances les épeuvres [...] et j'écrivais une petite préface à une si grande oeuvre! Envoyez moi cela au 222 Faubourg S. Honoré, où je resterai presque tout le temps [...]" (Paris, 26 June 1928). - On the remaining two visiting cards Gillet sends his regards, expresses his friendship, and regrets being unable to "do better" for lack of time. - The letter and one visiting card show signs of former mounting on verso..

buy now