Benjamin Constant

Constant, Benjamin

Écrivain et homme politique français (1767-1830). L.A.S. «C», Paris 21 floréal V (10 mai 1797), [à F. H. ?]. 2 pages in-4 (bord renforcé au scotch).
$ 9,415 / 8.500 € (46916)

Importante lettre politique. Il est prêt à parler en faveur de son ami: «Je passe ma vie tellement à la campagne que je vois assez rarement à présent ceux de qui dépendent vos interets [...] J’ai été tracassé, calomnié, persécuté depuis deux mois. Aujourd’hui que le but de ces persécutions est atteint, celui de m’éloigner du Corps législatif, elles commencent à s’apaiser. Plusieurs circonstances font que, bien que je ne n’aie pas une grande envie d’être nommé, je me console aujourd’hui parfaitement de ne pas l’être.

J’ai besoin de repos, & je vois avec plaisir que tous les citoyens peuvent s’en remettre au Gouvernement pour disposer de la République pour le mieux. Aussi j’ai repris quelques poètes anciens, j’ai meublé une maison de campagne très retirée, j’ai planté beaucoup d’acacias qui poussent, & je passe ma vie au soleil»... Il évoque la dernière opération du Corps législatif: «elle etoit nécessaire, dit-on, elle fera surement epoque dans les faits du gouvernement représentatif. J’espère [...] que bientôt les sénateurs de Mayenne seront priés d’entrer en compte & d’en venir à une juste restitution»... Il demande à son correspondant s’il a des nouvelles de Colombier dont il a reçu des lettres «assez épigrammatiques»; quant à lui il écrit le moins possible: «ne rien faire est un délice, qui lorsqu’il est réuni à celui de vivre seul, compose la félicité suprême».

buy now

Constant, Benjamin

Écrivain et homme politique français (1767-1830). L.A.S., sur un discours à la chambre. s.l. 8vo. 1 p.
$ 2,769 / 2.500 € (48454)

Court billet relatif à ses activités politiques à la chambre. „Plusieurs de Messieurs les Journalistes ont eu la bonté de me faire demander mon développement. J'ai été forcé de remettre celui que j'ai lu à la tribune à l'employé de la chambre, mais Mr Justin du Courrier est venu me demander à 9 h. du matin une autre copie que j'avais, & m'a promis de faire en sorte que des épreuves en seront données à tous ceux de Mrs les Journalistes qui voudront bien en demander. B. Constant“.

- Joints : - L.S. aux électeurs du IVe arrondissement, 18 janvier 1828, 1 p. in-8. Il leur adresse le document suivant : - Lettre imprimée des électeurs constitutionnels de l'arrondissement de Strasbourg..

buy now

Constant, Benjamin

Schriftsteller und Staatsmann (1767-1830). Eigenh. Brief mit U. Paris. 1 S. 4to.
$ 1,662 / 1.500 € (940963/BN940963)

An einen namentlich nicht genannten Adressaten. Da Constant scheinbar keine Rückmeldungen auf Briefsendungen an potentielle Kunden erhalten hat, hält er Nachfrage, ob der Adressat diese auch, wie angeboten, versendet hatte. Außerdem informiert Constant den Adressaten darüber, dass seine Einleitung in drei oder vier Tagen fertig sein und er diese an M. Dedot einreichen wird. Weiters wünscht er sich, dass die beiden ersten Lieferungen, falls möglich, am 15. Oktober gemeinsam erscheinen und bittet um eine weitere Kopie des Vertragsentwurfs, da erstere in einen Stapel von Papier hineingerutscht sei: "Je recois Messieurs une lettre qui me chagrine un peu.

d'aprés vos offres, j'ai remis ches vous plusieurs lettres avec des prospects et crus vous etes chargés de les envoyer. ne recevant de reponse a aucune, j'ai récrit à l'une des personnes aux quelles ces envois etaient destinés et je vois que rien ne lui est parvenu. S'il en est de même des autres, et le silence que tout le monde garde à ce sujet me le ferait croire, ce sera un derangement et une perte pour moi. Veuilles prendre des information, je vous en prie. / Mon introduction sera achevée dans trois ou quatre jours et je la remettrai à M. Dedot la semaine prochaine. Comme il est probable quelle remplira à elle seule une livraison et que je voudrais que le publicent une idée de l'ouvrage même, vous m'obligerez de me dire s'il y auroit inconvénient à ce que les deux premières livraisons parvenent ensemble le 15 octobre. / Vous m'obligeres aussi de m'envoyer si vous l'avez la copie de notre projet de traité. Elle s'est glissée dans une foule de papiers où je [pourai?] la retrouver mais avec beaucoup de peine et à la campagne. Vous m'éviteriés cet embarras en mes fesant venir une nouvelle copie [...]". - Der Courrier francais zeigte schon am 19. VII. 1822 Constants Publikation "De la religion, considérée dans sa source, dans ses formes et son développement" an, doch verwickelten die Autoritäten Constant in zwei aufsehenerregende Prozesse, wodurch Constant erst 1824 publizieren konnte (Harpaz, Éphraim [Ed.]: Benjamin Constant. Écrits d'un humaniste engagé. Genève: Slatkine Reprints, 2000, S. XXV)..

buy now