Hector Berlioz

French Romantic composer, 1803-1869

"Berlioz is best known for his compositions ""Symphonie fantastique"" and ""Grande messe des morts (Requiem)"". He made significant contributions to the modern orchestra with his ""Treatise on Instrumentation"". He specified huge orchestral forces for some of his works, and conducted several concerts with more than 1,000 musicians. His influence was critical for the further development of Romanticism, especially in composers like Richard Wagner, Nikolai Rimsky-Korsakov, Franz Liszt, Richard Strauss, Gustav Mahler and many others. Berlioz was considered extremely progressive for his day, and he, Wagner, and Liszt have been called the ""Great Trinity of Progress"" of 19th-cent. Romanticism."

Source: Wikipedia

Berlioz, Hector

Komponist (1803–1869). Autograph letter signed („H. Berlioz“). O. O. u. D.(„Dimanche“). 1 S. Doppelblatt. 8vo. Mit eigenh. Adresse.
$ 5,230 / 4.500 € (24990)

To his friend Edouard Alexandre (1824–1888), an organ manufacturer, on moving his piano: „En vous écrivant ce matin j’ai oublié de vous prier de m’envoyer vos porteurs pour enlever mon piano – Nous déménageons. S’ils ne peuvent pas venir demain lundi, envoyez les après demain. Vous obligerez encore votre tout dévoué [...]“.

buy now

Berlioz, Hector

franz. Komponist (1803-1869). Eigenh. Brief mit Unterschrift „H. Berlioz“. [Leipzig 28 Februar oder Berlin 1. März 1843]. 8vo. 1 p.
$ 3,254 / 2.800 € (81630)

Unveröffentlichter Brief an Giacomo Meyerbeer: „Très cher et admiré maître J’ai le regret de ne pouvoir être des vôtres, je pars mercredi à 8 h. du soir pour Brunswick. Impossible à moins de manquer à mes engagemens de retarder ce départ de vingt quatre heures. Les jours de répétitions et de concert sont fixés […]“ [Berlioz écrivait de Dresde le 18 février 1843 à Auguste Morel : « Je reçois à l’instant une lettre de Meyerbeer m’annonçant qu’une fête ordonnée par le roi retarde de quelques jours mes répétitions ; il m’engage à aller en conséquence à Brunswick où je suis attendu, et où le Roi Lear m’a déjà conquis de chauds partisans ».

Entretemps, il sera allé à Leipzig, où il rencontre Schumann. Le concert de Brunswick eut lieu le 9 mars.].

buy now

Berlioz, Hector

franz. Komponist (1803-1869). Eigenh. Brief mit Unterschrift „Hector Berlioz“. Paris. 8vo. 2 pp. Fleckig. Leichte Randläsuren.
$ 4,301 / 3.700 € (81679)

Nach einer Kontroverse in einer englischen Zeitung über einen Artikel über Le Désert von Félicien David. „[…] Un de nos confrères de la presse parisienne étant venu réclamer de moi, comme un bon offi ce, la déclaration que vous avez lue dans le Morning Post, et m’ayant assuré sur son honneur que mon article des Débats sur le Désert n’avait point été traduit, qu’il n’y avait pas un mot qui y ressemblât dans la critique de l’ouvrage de David publiée par le Morning Post, je n’ai pas hésité à le croire.

Sans doute la personne qui était venue me demander cette lettre avait lu seulement la seconde critique du Morning Post qui ne ressemble en rien à la mienne. Quant à l’autre il est évident qu’elle est en grande partie traduite de mon article des Débats et je regrette de voir qu’un malentendu ait donné lieu dans la presse musicale anglaise à de si pénibles récriminations […]“..

buy now

Berlioz, Hector

franz. Komponist (1803-1869). Eigenh. musikalisches Albumblatt mit Unterschrift der Komponisten Hector Berlioz, Gaspare Spontini, Ignaz Moscheles und Adolphe Adam. Folio. 2 pp. Notenpapier. 12-zeilig.
$ 16,853 / 14.500 € (81680)

Faszinierende Ansammlung von Notenzitaten vier bedeutender Komponisten. Hector Berlioz verewigte sich mit „Refrain de son Hymne à la France“ [H 97, Op.20 n°2], Chor nach einem Gedicht von Auguste Barbier, komponiert im Jahre 1844, dessen erste Aufführung am 1. August 1844 in Paris für das Festival de l’industrie stattfand. Der Refrain mit 4 Stimmen mit 5 Takten und den Worten „Dieu protège la France Dieu protège la France“. Auf derselben Seite schrieb Gaspare Spontini unter der Musik von Berlioz 5 Takte für stimme und Klavier mit folgenden Worten: „Je te salue ami qui signes Berlioz je te salue ami!“.

Unter seiner Unterschrift fügte er hinzu „Qui, je l’en prie avec toi: que Dieu protège la France et l’Italie!! Puis, tout ce qu’il Lui plaira! Paris, ce 30 9bre 1845“. Auf der Rückseite zwei für Klavier gegebene Notenzitate von Adolphe Adam, 7 Takte in A bis 2/4, „Paris 30 8bre 1845“ und von Ignaz Moscheles, Andante melanconico mit 5 Takten, h-Moll am 2/4, "Paris cd 1Novembre 1845". Sehr attraktiv und selten in dieser Form..

buy now

Berlioz, Hector

franz. Komponist (1803-1869). Eigenh. Brief mit Unterschrift „H. Berlioz“. ohne Ort. 8vo. 1 p. Doppelblatt. Mit Adresse. Leicht eigerissenes Respektblatt.
$ 2,906 / 2.500 € (81681)

An den engl. Musikkritiker Charles Gruneisen (1806-1879) im Hotel Meurice adressiert. Berlioz wurde von einer qualvollen Migräne heimgesucht „migraine atroce“ und bedauert Gruneisen vor seiner Abreise nicht gesehen zu haben. „quelques lignes bien lancées peuvent, vous le savez, être très utiles un jour ou un autre, mais elles sont ici pour moi en outre une preuve de votre bienveillante amitié, et c’est ce qui leur donne à mes yeux tant de prix“. Correspondance, t. [IX], n° 243 quater.

buy now

Berlioz, Hector

franz. Komponist (1803-1869). Eigenh. Brief mit Unterschrift „H. Berlioz“. London. 8vo. 4 pp. Doppelblatt.
$ 7,555 / 6.500 € (81682)

Schöner Brief an seinen Freund, den Cellisten Émile Desmarest. Berlioz berichtet über seinen Erfolg in London, während die Revolution in Paris wütete. Berlioz wirft seinem Freund Schweigen vor. Sein Leben in London sei rau und „continuellement active“ gewesen. Er fragt sich was aus „de cet immense bouleversement“ werden wird. Nachdem was er in den Zeitungen lese, unterscheide sich die neue Republik sehr von der alten und die Veränderungen scheinen zum Vorteil zu sein. „[…] Il reproche à son ami son silence.

Sa vie à Londres a été jusqu’à présent rude et « continuellement active ». Drury-Lane est maintenant fermé. Il se demande ce qui sortira « de cet immense bouleversement [...] D’après ce que je vois dans nos journaux la république nouvelle se présente fort diff érente de l’ancienne, et les diff érences me paraissent être toutes à son avantage. Espérons que les arts n’auront pas à s’en plaindre. Que devient notre imbécille d’opéra ? que font nos farceurs de directeurs ? qu’y-a-t-il de changé dans la direction des beaux-arts ? [...] Je crains dans la bagarre de perdre ma petite place du Conservatoire. Il ne me manquerait que cela pour me faire adorer notre belle France. [...] Vous savez que mon concert de Drury-Lane a eu un succès de tous les diables. Je n’ai jamais trouvé une unanimité dans la presse comme dans cette circonstance ». Il évoque la faillite de son impresario Jullien. « Je vais maintenant faire mes aff aires, si non tout seul, au moins avec des gens plus sûrs et plus solides que lui. Je monte un second concert dans la salle d’Exeter-Hall sans courir de risquer de pertes, mais il faut de longs préparatifs. On me fête chaudement partout ; j’ai des speeches à faire à tout propos, pour répondre aux toasts dans les meeting et diners d’artistes et d’hommes de lettres [...] Vraiment nous avons sur le continent des idées bien fausses de la politesse anglaise. Et puis c’est un peuple sérieux, et je suis cruellement las de l’éternelle blague Parisienne. [...] je crois que les feux de l’enfer et du ciel se réuniraient pour fondre Paris que les pianistes trouveraient encore un prétexte pour essayer de refroidir ces pauvres Parisiens. Je m’ennuyais horriblement ici dans les premiers temps, me voilà acclimaté, j’ai de nombreuses et agréables relations, il ne me manque que des nouvelles de mes vrais amis de Paris […]“ Correspondance, t. VIII, n. 1181..

buy now

Berlioz, Hector

franz. Komponist (1803-1869). 2 eigenh. Briefe mit Unterschrift „H. Berlioz“. o. O. 8vo. 2 pp. 1 Brief auf gedr. Briefkopf „Conservatoire Imperial de Musique“.
$ 4,417 / 3.800 € (81683)

Beide Brief an Augustin Varcollier, „secrétaire de S.A.I. le Prince Napoléon“. Mercredi matin [6. Dezember [?] 1854]. „Si vous étiez libre Vendredi prochain à 2 heures, je serais bien heureux qu’il vous convînt de venir entendre mon petit oratoire (L’Enfance du Christ) […]“ [17. Dezember 1855]. Berlioz übersendet „la copie de l’article 8 du règlement du Conservatoire: Le traitement du bibliothécaire en chef est de deux mille cinq cents francs. Il pourra être porté à trois mille francs après cinq années d’exercice. Je ne touche que 1500f moins la retenue […]“ Correspondance, t. VIII, n° 2068ff.

buy now

Berlioz, Hector

franz. Komponist (1803-1869). Eigenh. Brief mit Unterschrift „H. Berlioz“. [Paris] „19 rue de Boursault“. 8vo. 4 pp.
$ 5,230 / 4.500 € (81684)

An den Violinsten Prosper Sainton: „[…] À la fi n de ce mois je pars pour l’Allemagne où je ne sais pas bien précisément combien de temps je resterai. En outre on me fait diverses propositions pour la Belgique, pour le mois de mars, et, si ce que je demande, pour ces concerts Belges peut se réaliser, j’accepterai les off res qui me sont faites ». Il ne sera donc pas à Paris en mars. « Sans cela vous ne devez pas douter du plaisir que j’aurais eu à me mettre entièrement à la disposition de Miss Dolby et d’organiser et de diriger son concert.

J’ai reçu bien des politesses et des marques de bonne confraternité des artistes anglais ; j’eusse donc été trop heureux de pouvoir être agréable (mais sans termes quelconques) à une personne aussi distinguée sous tous les rapports que Miss Dolby […]“ Correspondce, t. V, Nr. 2081..

buy now

Berlioz, Hector

franz. Komponist (1803-1869). Eigenh. Brief mit Unterschrift „H. Berlioz“. ohne Ort. 8vo. 1 p. Doppelblatt.
$ 8,717 / 7.500 € (81685)

An Richard Wagner, der drei Konzerte in Paris im Théâtre-Italien gab. „Mon cher Wagner, Je suis en eff et toujours malade, mais ce n’est pas la raison qui m’a empêché d’assister à votre second concert; c’est encore moins un défaut d’intérêt pour vos compositions, croyez-le bien. Mais ma soirée était impérieusement prise et j’ai dû donner vos billets à deux dames excellentes musiciennes qui désiraient vivement vous entendre. Je n’ai pas encore pu écrire mon feuilleton, mais je m’y mettrai prochainement et je vous dirai sincèrement toutes mes pensées et mes impressions […]“ Correspondance, t. VI, Nummer 2476

buy now

Berlioz, Hector

franz. Komponist (1803-1869). Eigenh. Brief mit Unterschrift. O. O. u. D. 1 p. 8vo. Mit Adresse. Bräunliches Konzeptpapier.
$ 1,220 / 1.050 € (83181)

„Monsieur des Lostanges / Serait il assez bon pour annoncer le concert dont je lui laisse le programme! […]“

buy now

Berlioz, Hector

franz. Komponist (1803-1869). Eigenhändige Visitenkarte mit Unterschrift. „Hôtel du Cygne“. 32mo. 1 p. Fleckig. Rückseitig Montagereste.
$ 523 / 450 € (83182)

Als Visitenkarte, mit Namenszug versehenes Billet.

buy now

Berlioz, Hector

franz. Komponist (1803-1869). Eigenhändige Visitenkarte mit Unterschrift. „Hôtel du Cygne“. 32mo. 1 p. Mit blindgeprägter Bordüre.
$ 755 / 650 € (83183)

Als Visitenkarte, mit Namenszug versehenes Billet.

buy now

Berlioz, Hector

Komponist (1803-1869). Autograph letter signed. O. O. u. D. 1 S. auf gefalt. Doppelblatt mit Adresse am Gegenblatt verso (Faltbrief). Kl.-8vo.
$ 2,325 / 2.000 € (935198/BN935198)

To his friend, the Hungarian born pianist Stephen Heller (1814-88): "Mon cher Heller / J'ai cherché dans toute la rue de Laval sans pouvoir trouver M. de Vesma [?] qui a eu la bonté de m'écrire ce matin et que je voudrais bien voir avant son déport pour la campagne. Savez vous son adresse numérotée?"

buy now

sold

 
Berlioz, Hector

Eigenh. Musikzitat mit U. (Bleistift).
Autograph ist nicht mehr verfügbar

The first six bars from his "Symphonie fantastique".