Étienne-Nicolas Méhul

Méhul, Étienne-Nicolas

französischer Komponist (1763-1817). Eigenhändiger Brief mit Unterschrift. ohne Ort und Datum. 8vo. 2 pp. Doppelblatt mit Adressseite u. Siegelspur, etwas braunfleckig. Leichter Ausriss durch Öffnen des Briefes.
850 € (84030)

An „Madame Kreutzer“, die Ehefrau des berühmten Geigers Rodolphe Kreutzer (1766-1831), die ihn eingeladen hatte. „Hier lorsque je recus la lettre de Votre Secretaire des commandements, ma 1ere pensée fut de me rendre a Votre invitation.Je ne sais pas résister au plaisir quand il s’offre a moi avec la charme que peut me séduire. Mais le sort trop souvent jaloux du bonheur des pauvres humains, le sort que se plait a contrarier leurs desseins, veut que je reste chez moi aujourd’hui et que je prenne du Thé du matin au soir pour me remettre d’un assez grand dérangement d’estomac.J’espere qu’avec ce traitement rigoureux qui n’est mullement de mon gout, je serai demain en etat de me présenter a la table des bons amis.

[…]“.

jetzt kaufen

Méhul, Étienne-Nicolas

French composer (1763-1817). Autograph letter signed. In French. Paris. 15.08.1816. 4to. 1½ pp. on bifolium. With autograph address and traces of seal.
800 € (86031/BN56750)

To the mayor of Pantin, François Joseph Gorneau, announcing a reduction of his annual donation to the parish priest of Pantin. Méhul gives a detailed account of his financial losses in the wake of the Bourbon Restoration to explain why he is unable to keep a promise made in better times: "À l’époque ou je me suis engagé a donner tout les ans vingt francs pour le curé de Pantin, ma position étoit bien différente de la qu’elle est maintenant. J’avois au moins dix mille francs de revenu par mes places et mes ouvrages, et il m’en reste a peine six.

J’avois un logement du gouvernement et ce logement m’a été retiré. J’avois des droits d’auteurs sur les Théatres de la Belgique et du Rhin, et ces droits sont anéantis. Les contributions étoient modérées et elles sont presque doublées. Enfin je me trouve condamné à une économie si rigoureuse, que j’ai été contraint de diminuer les gages de mon jardinier, et que malgré mon goût pour la culture des fleurs, je vendrois volontiers ma maison de Pantin a dix mille francs de partir, si j’en trouvois l’occasion. J’ai cru nécessaire, monsieur, d’entrer dans tous ces détails, afin de vous convaincre de l’impossibilité ou je me trouve de remplir mes anciens engagemens, et du désir que j’ai d’en contracter de nouveaux en raison de mes moyens réduits. Je promets donc avec grand plaisir de contribuer au soulagement de notre pasteur pour la somme de dix francs par an. Après deux années de désastres et la réduction de mes places, c’est tout ce que je puis faire [...]“. - Dubbed the "composer of the Revolution", Méhul celebrated his biggest successes during the French Revolution and the Napoleonic era. In 1794 he composed the "Chant du départ", which was later selected as the official anthem of the First Empire. Méhul's "Chant national du 14 Juillet 1800", comissioned by Napoleon to celebrate his victory in the Battle of Marengo, almost reached the status of a national hymn. He composed more than forty operas, of which "Joseph" (1807), a tribute to Napoleon's campaign in Egypt and to his first wife Joséphine de Beauharnais, is still performed today. Despite his friendship with Napoleon, Méhul suffered no political repercussions in the transition to the Bourbon Restoration, and his public standing survived intact. Nevertheless, he suffered financial losses as detailed in the letter, and soon died from tuberculosis. - Well preserved..

jetzt kaufen