Guillaume Apollinaire

Apollinaire, Guillaume

Poète français (1880-1918). Manuscrit autographe. s.l.s.d. 1 p. in-8.
6.500 € (26414)

Feuillet légèrement bruni, aux bords usés, semblant avoir trainé longtemps dans les poches du Poète ! Ce dernier y a écrit des idées ou pensées sur l’Amour, dont certaines, quelque peu audacieuses, révélent une nature tourmentée. Il note par exemple :« Mariage du prêtre.Pour convertir la femme et pour la rendre heureuse il sacrifie son salut et l’épouse. Elle est enceinte. Pièce la pudeur.Peinture modèle déshabillage amour pudeur rhabillage.Amours de deux officiers à Berlin.

L’un se tue pour obéir à l’autre.Collection […].Les deux sacrifiés le mari se crève les yeux pour conserver le souvenir de la beauté de sa femme et la femme se défigure pour rassurer définitivement la jalousie du mari. Les gens qui sont assez parfaits pour parler sans paroles. ».

jetzt kaufen

Apollinaire, Guillaume

Poète français (1880-1918). Lettre autographe signée. Secteur Postal 139. 8vo. 1 page. Avec adresse et tampon.
7.500 € (44358)

À "Mon cher ami" [José Théry]. Il fut l'avocat d'Apollinaire lors de son inculpation pour complicité de vol dans "l'Affaire de la Joconde" en 1911. Il n'a pu se rendre chez son ami, le prie de le pardonner et lui demande de lui écrire. Cette lettre a été écrite depuis les tranchées. L'auteur avait le grade de sous-lieutenant, il fut blessé à la tempe par un éclat d'obus le 17 mars 1916. Évacué à Paris, il fut trépané le 10 mai. « Mon cher ami, Il n'y a pas eu moyen d'aller chez vous, cher ami, ni même de m'excuser.

Je vous prie de me pardonner. J'ai eu trop peu de temps devant moi. J'ai en tout cas été très, très heureux de vous revoir, vous et votre charmante femme. Ecrivez-moi de temps à autre, si cela n'entrave pas trop vos occupations vous me ferez plaisir. On reçoit toujours ici avec joie les lettres de ses amis vous ne l'ignorez pas. Je souhaite avoir bientôt l'occasion de vous revoir et vous serre la main. Guillaume Apollinaire »..

jetzt kaufen

Apollinaire, Guillaume

Poète et écrivain français (1880-1918). Manuscrit signé avec titre autographe et de très nombreuses corrections de la main d’Apollinaire, « La vie anecdotique. M. Anatole France et les Arts – Ecrivains d’art – Futurisme », Texte rédigé par un secrétaire. 9 pages petit in-4to, 1913. Article paru dans Le Mercure de France n°392, Tome CV, octobre 1913.
9.500 € (47527)

« M. Anatole France recherche les ouvrages concernant les peintres de la Révolution et de l’Empire. Il court les librairies et demande si l’on a trouvé tel ouvrage qu’il a demandé quelques mois auparavant (…) M. Anatole France ne protège pas seulement les peintres de la Révolution et de l’Empire, il va lancer un jeune graveur catalan, M. Louis Jou, qui, après avoir frappé en vain à un grand nombre de portes parisiennes, décida enfin de soumettre à son auteur préféré quelques bois qu’il avait gravés pour illustrer les opinions de Jérôme Coignard (…)   Le salon d’automne va s’ouvrir, dans peu de jours ; les écrivains d’art vont commencer à parcourir les salles pleines de poussières, parmi les encadreurs et les tapissiers.

Il n’est peut-être pas sans intérêt de fixer la physionomie de quelques-uns de ceux qui se sont imposer au public leur particulière conception des arts plastiques. Nous ne verrons plus cette année le Maréchal M.Niel s’est retiré de la lutte. Nous n’entendrons plus ce vieillard aimable, qui eut l’occasion de prêter un jour un demi-louis à Baudelaire (…) M.Etienne Charles passera avec patience un nombre incalculable de fois à travers toutes les salles du Salon à la recherche d’un petit tableau introuvable ; il est la conscience même, la bonhommie et la bonne humeur. Pour la centième fois il me demandera de lui expliquer le cubisme (…) Nous ne verrons pas sans doute cette année André Salmon, poète qui a la mine désabusée d’un Habsbourg. Il réserve à présent son activité critique aux manifestations artistiques particulières (…)   M.Ardengo Soffici, rallié de l’année dernière au futurisme, rédige dans Lacerba, qui paraît à Florence, un Journal de Bord qui lui a valu de recevoir dernièrement de ses amis la lettre recommandée suivante que je traduis : « (…) Ton Journal de Bord est épouvantablement sentimental malgré le grand génie qu’il contient (…) nous concluons en affirmant que que tu constitues un cas excessivement grave d’engorgement spermatique et de diarrhée cardiaque » (…) M.Soffici a promis de se corriger. M.Carra, qui est un peintre futuriste dont ses amis disent beaucoup de bien, me paraît être encore le futuriste dont l’estomac est le plus délicat, ce qui vaut mieux que d’en manquer ».   La Vie anecdotique, rubrique de la Revue de la quinzaine du Mercure de France, fut créée pour et animée par Apollinaire à partir d’avril 1911, il la tint jusqu’à sa mort. Aussi, en 1913, Guillaume Apollinaire publie son recueil de poésie Alcools au Mercure de France..

jetzt kaufen

Apollinaire, Guillaume

écrivain français (1880-1918). Lettre autographe signée à Monsieur Besse, secrétaire de la rédaction de l’Intransigeant. s. l. s. d. 8vo. 1 page.
4.200 € (48514)

Apollinaire est invité au café de l’Univers: «Mon cher confrère, C’est bien entendu je serai le 5 au café de l’Univers. Je n’ai rien qu’une lettre sur les deux que vous m’avez adressées et je l’ai reçue avec un long retard ; Si Roinard le veut bien je dirai quelques mots à la fin du banquet... » - Paul-Napoléon Roinard (1856-1930) peintre et poète libertaire français

jetzt kaufen

verkauft

 
Apollinaire, Guillaume

Carte autographe signée à Carol BERARD.
Autograph ist nicht mehr verfügbar

Très rare carte postale militaire ayant circulé en Franchise Militaire (F.M). Une page in-12°, sd (1916). Adresse autographe au dos de la lettre. Oblitération de l’Hôpital militaire pour les blessés de guerre français. Apollinaire mentionne son état civil militaire : « Sous lieutenant G. de Kostrowiky. Hôpital Italien, 41 Quai d’Orsay. Paris » Rare document de Apollinaire durant sa convalescence de 1916, remerciant Bérard de ses vœux de rétablissement. « Cher Monsieur, Mes remerciements sincères pour les vœux que vous m’avez adressés. Votre dévoué. Guillaume Apollinaire. » Le 9 mars 1916, Apollinaire obtint la nationalité française par décret. Huit jours plus tard, il est blessé grièvement à la tempe droite, d'un éclat d'obus, au bois des Buttes, près de La Ville-aux-Bois. La guerre de Guillaume Apollinaire est terminée. Hospitalisé à l'hôpital italien du quai d'Orsay, il subit une trépanation le 9 mai 1916.